Éviction des femmes (Christa Wolf)

ADN-ZB Rehfeld 27.10.1989 Berlin: Die Schriftstellerin Christa Wolf, wurde 1929 in Landsberg-Warthe (heute Polen), geboren. Sie studierte von 1949-1953 Germanistik in Jena und Leipzig. Anschließend war sie als Redakteurin, wissenschaftliche Mitarbeitern, Lektorin und Cheflektorin tätig. Seit 1962 arbeitet Christa Wolf als freischaffende Schriftstellerin. Aus ihrer Feder erschien u.a. die Bücher "Der geteilte Himmel", "Kindheitsmuster", "Kassandra", "Störfall" und "Sommerstück".

Les femmes sont évincées

À la misogynie parfois ignorée d’Aristote : « Par exemple le caractère est bon quand un homme possède de la bravoure ; pour une femme, en revanche, il ne convient généralement pas qu’elle soit brave et virile, ou même qu’elle inspire la crainte », Christa WOLF répond dans Cassandre (Stock, 1983-2003, p.216) « Inspire la crainte ? Mais à qui donc ? – à l’homme ? Qui lui a confisqué toute éducation, toute activité publique, et bien entendu le droit de vote ? C’est justement à cause de cela. Notre propre expérience nous a appris en tout lieu de craindre ce qu’on exclut et bannit. » : « L’histoire de l’archéologie, elle aussi, jusque tard dans notre siècle, pourrait être racontée comme une épopée masculine, du moins d’après la version qu’en ont donné ses protagonistes. » (Wolf, Cassandre, Stock, 1983-2003, p.87)

Le christianisme et le capitalisme réintègrent les femmes, mais pour quoi faire ?

Christa WOLF (Cassandre, Stock, 1983-2003, p. 174) met en garde contre le retour du christianisme et son lien avec le capitalisme, via la subordination des femmes… à méditer : « ces temps-ci, mon travail a alimenté ces réticences parce que j’ai pris conscience du rôle d’esclave qu’on a attribué pendant des siècles à la femme dans les religions sémito-chrétiennes ; et que ce furent justement ces religions qui fournissent l’arrière-plan idéologique utilisable pour cette discipline, cette ardeur au travail, cette subordination et cette négation de soi-même dont avait besoin le système des manufactures et des usines, le capitalisme naissant. »

Elle émet tout de même des réserves contre les excès des féministes (Cassandre, Stock, 1983-2003, p.186) : « Il n’empêche que nous ne serons pas plus proches de la maturité si le délire de la masculinité est remplacé par le délire de la féminité et si les acquis de la pensée rationnelle, pour la seule raison qu’ils sont d’origine masculine, sont jetés aux orties par les femmes au profit d’une idéalisation des étapes prérationnelles de l’histoire humaine. La tribu, le clan, le sang et le sol : ce ne sont pas avec ces valeurs-là que peuvent renouer l’homme et la femme d’aujourd’hui ; nous sommes bien placés pour savoir qu’au contraire ces slogans peuvent servir de prétextes à d’abominables régressions. »

(merci Danielle et Marie-Aude auxquelles cet article est dédicacé)

Publié par

laetitia

Écrivain, formation en Lettres Classiques et Docteur en linguistique, prof de communication et de FLE, je souhaite ici mettre à disposition de tous des cours, des avis et Compte-rendu de lecture, des extraits de mes romans, des articles de linguistique, des recherches en mythologie et religion…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *