Des têtes bien faites

Défense de l’esprit critique

Sous la direction de Nicolas Gauvrit et Sylvain Delouvée

« Des têtes bien faites » est un livre bien fait ! Bien fait pour les novices, bien fait pour les avertis et les intéressés, bien fait pour nous tous !

Trois grandes parties [comme j’aime], chacune précédée d’une introduction à ses chapitres.

  • La première, « Les ratés de la raison », analyse les raisons de la croyance, ou plutôt des raisons qui pourraient expliquer ces phénomènes d’adhésions ;
  • La deuxième, « Croyances étranges » passe en revue certaines d’entre elles, du soucoupisme (la croyance aux extra-terrestres), à la vie après la mort, en passant par les mythes de fin du monde, sans oublier la non-croyance au réchauffement climatique, ce avec force chiffres et sources.
  • La dernière et troisième partie, « Diffuser et enseigner », permet aux enseignants de piocher quelques idées dans des exemples concrets d’éducation à l’esprit critique, à l’auto-défense intellectuelle.

Rappel : Comme à mon habitude, je n’écris pas une critique exhaustive du livre, mais je publie plutôt ce qui m’a interpellée, amusée, intriguée.

Par exemple, chers collègues enseignants, sachez que l’esprit critique a désormais été reconnu comme l’une  compétences clés du XXIè siècle par l’OCDE (p.78)  Une compétence… et non pas vraiment une discipline. Le dernier chapitre de la première partie, 5. La science de l’esprit critique, par Niluphar Ahmadi et Maud Besançon, présente l’histoire de cette compétence transversale depuis fort longtemps. En effet, il est question d’esprit critique tant en philosophie, qu’en psychologie cognitive et en sciences de l’éducation (p. 79).

Selon la taxonomie de Bloom (p. 80), objet d’étude des sciences de l’éducation, on trouve les compétences liées à l’esprit critique comme faisant partie des plus hauts niveaux, à savoir analyse, synthèse et évaluation. Une équipe de chercheurs (p. 82) a complété cette liste pour aboutir à la liste suivante (p. 83) :

– l’interprétation

– l’analyse

– l’évaluation

– l’inférence

– l’explication

Mais comment enseigner l’esprit critique ? Au moins trois façons de procéder ont été testées :

– l’approche générale (explicite, hors contexte)

– l’approche par infusion (explicite, en contexte)

– l’approche par immersion (implicite)

Sans surprise pour les enseignants qui ne croient pas à la magie, des études montrent que les deux premières approches sont les plus efficaces.

Voici donc ci-après un brin de théorie générale, pour une approche explicite hors contexte… 😉

L’enseignement de l’esprit critique peut s’appuyer sur de nombreuses études portant sur les croyances elles-mêmes, mais notamment et surtout sur ce qui peut expliquer ces croyances. Encore faut-il parvenir à les identifier ?

Paul Bertin et Sylvain Delouvée, dans 3. L’être humain, animal social sous influence énumèrent différentes expériences sociologiques qui mettent en lumière des types de comportement de groupe : l’effet spectateur – plusieurs personnes assistent à une scène sans y prendre part comme autant de spectateurs extérieurs (p. 47), l’adoption de la norme du groupe quand bien même celle-ci déplait (p. 51), les travaux bien connus de Kelman (p. 54)…

Dans l’effet-gourou, Dan Sperber (2010) identifie entre autres ce qu’il appelle la charité interprétative, c’est-à-dire la tendance à compléter ou améliorer soi-même ce que l’on vous dit, avant de l’assimiler, voire de le répéter. Quoi qu’il en soit, une adhésion minimum – charitable – est parfois requise. Anouk Barberousse, auteur du chap 1. L’attachement obstiné aux croyances fausses l’explique ainsi (p. 25) :

« Le non-spécialiste est démuni face à ces immenses quantités de connaissance qui sont contenues de façon implicite dans tout article scientifique ; la lecture d’articles scientifiques ne saurait donc être un moyen simple de se forger des repères, même dans les domaines bien établis. »

Il est donc difficile de « se forger des repères fiables » et nous sommes contraints d’adopter des croyances temporaires.

Toutefois, si une dose d’imprudence peut s’avérer nécessaire… nous n’oublierons pas de rester prudent devant cet ensemble d’études. Paul Bertin et Sylvain Delouvée nous le rappellent (p. 60).

« Les phénomènes psychosociaux sont d’une grande complexité et ne peuvent être abordés de manière satisfaisante suivant une dimension unique. »

Mais une étude de Lewin rapportée p. 56 et qui montre que rendre les gens acteurs du changement bénéficie au changement a particulièrement attiré mon attention d’enseignante ainsi que ma conscience politique.

 « Lewin a démontré l’importance de la participation des acteurs du groupe dans la conduite du changement afin que celui-ci ne se heurte pas aux normes préétablies. »

Par le truchement de la participation conjugué à l’effet positif d’appartenance au groupe, on peut amorcer des changements…

Dans ce contexte, il était impossible d’éviter de traiter des réseaux sociaux, qui impliquent la participation active de chacun des membres pour exister. Certes, comme le rappelle le spécialiste des croyances, Gérald Bronner, dans 4. Internet peut favoriser la crédulité, les humains croient et adhèrent depuis longtemps à toutes sortes de choses et n’ont pas attendu internet pour divulguer des âneries faits non vérifiées ou faire naître des théories du complot. Mais cet article montre par les chiffres comment internet permet une contamination plus large et surtout plus rapide. 27 jours pour la première théorie du complot autour de l’assassinat de Kennedy en 1963. 0 jour pour l’attentat de Charlie Hebdo en 2015. Par ailleurs, internet bouleverse notre connaissance des rapports de force, ou plutôt notre hiérarchie des savoirs, des expertises.

En effet, les informations parviennent à nous aisément. L’effort qu’il faudrait fournir pour les vérifier avant d’en faire étalage et grand bruit semble parfois, sinon hors de portée, du moins « prise de tête », surtout quand les têtes ne sont pas bien faites. Mais justement, comment sont faites les têtes ?

La pensée et sa représentation du monde s’appuient sur des catégories ou des prototypes ; j’ajoute qu’elles sont cristallisées dans les mots de la langue. C’est l’idée que l’on trouve chez Platon dans sa caverne, ou bien dans les catégories d’Aristote – qui essaie d’en sortir – ou encore dans ce que dit du langage Nietszche :

« Le monde apparent, c'est un monde vu selon des valeurs, ordonné, choisi d'après des valeurs, donc à un point de vue utilitaire, dans l'intérêt de la conservation et de l'augmentation de puissance d'une certaine espèce animale » (XVI, 66).

Le langage fige des catégories et des valeurs qui leur sont attachées ; ainsi permet-il aux humains de vivre en faisant preuve d’un certain pragmatisme… en se contentant bien souvent d’approximations nécessaires et suffisantes.

Mais revenons à notre livre : On peut être plus ou moins dans le vrai ou dans le faux. Par exemple, par rapport à la catégorie « oiseau » et à ses attributs, Nicolas Gauvrit fournit cet exemple (p. 38) :

« On se trompera moins en considérant que l’autruche n’est pas un oiseau qu’en considérant que l’aigle n’en est pas un. »

Il y a donc une gradation dans l’erreur ou dans l’approche de la vérité. Ces catégories ou prototypes se révèlent parfois flous ou non ajustés pour un usage bien précis et c’est ce qu’explique Nicolas Gauvrit dans 2. La mollesse du raisonnement humain. Après avoir abordé la logique floue de Finetti (p. 32) ou les probabilités Bayésiennes (p. 33), il conclut (p. 38) :

« De même qu’on peut représenter les valeurs de vérité naturelles sur un continuum allant de totalement faux (0) jusqu’à parfaitement vrai (1) – mais pouvant passer par toute valeur intermédiaire -, de même un objet peut ne pas appartenir du tout à une catégorie (0), lui être central (1), ou bien être représentatif à un degré intermédiaire pouvant se situer n’importe où dans l’intervalle [0, 1]. »

C’est cette souplesse que Nicolas Gauvrit appelle « mollesse ». Or malgré cette « mollesse » et « ce mode de raisonnement probabiliste » (p. 38), nous signons et persistons. Pourquoi ? D’après l’auteur (p. 39), pour deux raisons, entre autres.

« La première tient au type d’inférences que nous avons besoin de faire dans un monde mental incertain par nature. La seconde tient à ce que nous essayons vraiment de faire lorsque nous argumentons. »

Et voilà mon passage préféré, parce que mon sujet préféré (p. 39), [parce que je fulmine dès que j’entends « cela induit » à la place de « cela provoque »…]

« Faire des inférences, c’est tirer, d’une manière ou d’une autre, des conclusions de prémisses (c’est-à-dire d’informations préalables). »

Deux types d’inférences à noter ! Number one :

« En Mathématiques, on produit des déductions : partant de prémisses absolument certaines, on raisonne « vers l’avant », appliquant des règles logiques qui ne laissent aucune place à l’incertain. »

Or ce type de logique imparable n’est pas du tout celui que nous utilisons au quotidien… et pour cause, nous n’avons pas toujours – même pas souvent – accès aux prémisses du monde !!

Et le deuxième type d’inférence, bien plus répandu… j’ai nommé l’induction.

« Donner du sens au monde qui nous entoure, comprendre pourquoi tel ami nous a trahi ou pourquoi notre couple bat de l’aile, cela ne suppose pas d’appliquer une loi un tant soit peu universelle mais bien au contraire de découvrir une telle loi à partir d’observations et d’une expérience limitées. Un tel exercice ne relève pas de la déduction mais au contraire de l’induction. Autrement dit, une forme d’inférence qui marche à rebours : du particulier au général et qui consiste à découvrir des règles, des généralités à partir d’exemples limités. » (p. 40)
« Contrairement à la déduction, l’induction amène ainsi des conclusions discutables, incertaines. » (p. 41)

Et pourquoi faisons-nous cela ? Et bien sans doute parce qu’il le faut. Parce que cela est nécessaire pour vivre en société. Parce que nous sommes des êtres pris dans une communauté d’êtres. Parce que cela donne du sens à ce que nous observons.

C’est ainsi avertis que nous pouvons tâcher de comprendre les « Croyances étranges » de la deuxième partie (p. 103)

« L’être humain a besoin de récits qui lui expliquent qui il est et d’où il vient. En ce début de XXIè siècle, nous avons l’impression d’être sortis de la mythologie, mais ce n’est qu’une illusion. Nous sommes toujours en quête de sens. »

mais aussi d’altérité, explique Jean-Michel Abrassart, qui compare les fées aux extraterrestres (p. 102) !

« Le folklore ufologique est la forme contemporaine du folklore féerique : il s’agit d’un changement d’emballage, largement cosmétique. »

Avec la croyance aux extraterrestres, sont analysées dans cette deuxième partie des raisons de croire dans une vie après la mort, dans les mythes de fin du monde ou de ne pas croire au réchauffement climatique. Je vous invite à parcourir ces chapitres car pour ma part, pour des raisons pédagogiques, je m’attarderai surtout sur les théories du complot. Pourquoi ? Parce que les complotistes (p. 159),

« sous couvert d’esprit critique, en arrivent à douter de tout sauf de leur propre croyance et se fourvoient dans les labyrinthes des biais de raisonnement. »

Autrement dit, c’est comme s’ils étaient pris à leur propre piège…

L’un des nombreux mérites du chapitre 10. Les croyances conspirationnistes de Pascal Wagner-Egger et Sylvain Delouvée réside dans les deux définitions liminaires précises et fort appréciables (p. 160)

 « Les complots, entendus comme des actions secrètes menées par un groupe d’individus, ont toujours existé : de la Conjuration de Catilina à Rome en 63 av. J.-C. au Watergate… » […] « Par contraste, les théories du complot sont définies comme des « allégations non vérifiées de complot » […] le terme théorie est ici à comprendre comme la volonté de théorisation des événements en question. »

Il ne faut donc pas être totalement dénué d’esprit critique et d’intelligence pour croire aux théories du complot.

D’ailleurs, l’expérience de Kahan et ses collègues de l’Université de Yale conclut (p. 118) :

« L’intelligence semble rendre encore plus résistant au changement (certains diront que c’est parce que les personnes les plus intelligentes ont moins souvent tort, sans doute). Il semble que l’intelligence ne soit pas toujours utilisée pour mieux comprendre les arguments d’autrui, mais plutôt pour former des contre-arguments à tout discours qui contredit une position préalable. »

Mais n’allez pas si vite casser les pieds à tout le monde en étant contradictoire par principe, dans l’espoir de passer pour plus intelligent… parce que p. 171 :

« Une recherche expérimentale a également montré qu’une plus forte croyance aux théories du complot était associée à une forme de pensée intuitive, non rationnelle. »

Ajoutons p. 174 :

« Le fanatique des théories du complot est immunisé contre la réfutation de ses croyances […] tout élément démontrant l’inanité de la théorie du complot que pourra produire un expert pourra être imputé au complot lui-même »

Bref. Les complotistes sont mal barrés. Et ils sont finalement assez nombreux. Un chapitre de Rudy Reichstadt et Valérie Igounet, dans la troisième partie, est consacré à l’histoire de Conspiracy Watch, site créé en 2007 pour lutter contre les théories du complot en les recensant et en les rendant accessibles au public. Entre autres faits édifiants, on y apprend notamment que « les séniors résistent mieux au complotisme que leurs enfants et petits-enfants – sauf sur les théories du complot relatives au réchauffement climatique ou à l’immigration. » (p. 190)

La dernière partie, « Diffuser et enseigner » est consacrée au travail accompli par des chaines comme La Tronche en biais, Hygiène Mentale ou la page Zététique ou Observatoire de Zététique sur Facebook.  La menace théoriste (Acermendax) que je vous invite à connaître si ce n’est déjà fait. Pour l’information scientifique, consultons Science et pseudo-sciences de l’AFISAllons lire le Manuel d’autodéfense intellectuelle de Sophie Mazet, présenté ici

Des enseignants rapportent leurs expériences et projets d’éducation aux médias, en primaire comme dans le secondaire, dans le cadre de l’EMC. Ils encouragent les élèves à vérifier par eux-mêmes les informations à l’aide de divers jeux de rôle ou interviews de journalistes ;  ils les entraînent à chercher la source véritable des photos (avec Google images), à se méfier des cadrages suggestifs et douteux, à prendre en compte le contexte, à utiliser « Decodex », à évaluer rapidement l’identité d’un site (en lisant les Mentions légales par exemple), à se méfier des mises en scène horrifiques ou grandiloquentes… (musique et ambiance). Un exemple réjouissant de ce qu’on peut réaliser en pédagogie par projet, celui du journal Médiaparks, relaté ici.

Retenons pour finir quelques conseils de prudence et de précaution.

Gardons à l’esprit bien fait que (p. 162) :

« Toute théorie scientifique est entourée d’un « océan d’anomalies », à savoir de faits non expliqués et / ou (momentanément) ignorés. »

N’oublions pas que la charge de la preuve (p. 163)

« stipule qu’un scientifique qui exprime une affirmation extraordinaire devra fournir les preuves de ce qu’il avance, sous le feu nourri de la critique des autres scientifiques. »

Le feu nourri de la critique des autres scientifiques… à méditer !

 

Publié par

laetitia

Écrivain, formation en Lettres Classiques et Docteur en linguistique, prof de communication et de FLE, je souhaite ici mettre à disposition de tous des cours, des avis et Compte-rendu de lecture, des extraits de mes romans, des articles de linguistique, des recherches en mythologie et religion…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *