King Kong Théorie, Virginie Despentes

De toute évidence, Virginie Despentes et moi-même n’avons pas connu les mêmes mecs. Pas le même père, pas les mêmes cousins, pas les mêmes copains, pas les mêmes amants… De toute évidence, elle a dû se coltiner de près les affreux jojo que j’apercevais de loin et qui se masturbaient, l’œil torve, quand je passais devant eux, chantonnant, lycéenne. Ou encore ceux qui se collent à nous lorsque nous essayons de nager dans une piscine bondée ou lorsque nous prenons le métro. Alors oui, je vois bien de qui elle veut nous parler, mais on peut et on doit les maintenir à distance, en respect, ou en laisse. D’ailleurs, il paraît qu’ils adorent ça.

Je trouvais que Peggy Sastre avait tendance à oublier les crétins vaniteux qui occupent des postes importants accrochés à leur cravate et nous emmerdent avec leur importance, alors qu’ils ne sont que la partie visible de l’iceberg – sorte de gland émergé – des connards dispersés sur la planète entière qui tuent, violent, exploitent, vendent ou achètent des femmes tout en justifiant et pérennisant ces mauvais traitements par les lois iniques et les traditions débiles et avilissantes qu’ils ont inventés.

Il y a donc les hommes qui devraient avoir honte, selon Virginie Despentes, les hommes pas si craignos de Peggy Sastre et ceux qu’elle oublie (mais elle s’occupe surtout des femmes), et ils nous reste quelques cons légers, usuels, vraisemblablement des cons bien de chez nous ; d’ailleurs, mes copines m’en parlent souvent : qu’est-ce qu’elles se plaignent de leur mec !! de ses slips, de ses chaussettes, de ses clés qu’il perd, de ses poils dans le lavabo, de sa désinvolture, de sa fainéantise ! Quand je les entends,  je soupire de bonheur :

1) quel bonheur de n’être pas l’un de ces handicapés dont elles me parlent et qui vivent chez elles !

2) quel bonheur que les hommes de ma vie, de mon père à mes amoureux, le dernier compris, en passant par mes amis, n’aient rien en commun avec ceux-là !

Le premier devoir d'une femme, c'est de tuer l'ange du foyer. Virginia Woolf.

Merci VD (Virginie Despentes) pour la citation et le conseil domestique.

Alors moi je l’ai bien tué. Du coup, non seulement je ne sais pas conduire (enfin pas très bien… bien sûr, de par ma condition de femme, hein), mais en outre, je ne suis pas un cordon bleu et je ne trouve pas facilement le beurre dans le frigo.

Mais VD ne nous parle pas de la femme aussi nulle qu’un homme, ni même de l’homme domestiqué, même mal domestiqué… elle nous parle de l’homme hors du foyer, quand il sort de chez lui, en rut, éconduit par une bourgeoise frigide et jugeante, et qu’il va assouvir ses besoins dans la jungle de ses désirs.

VD s’est prostituée pendant quelques années et a vu la part de l’ombre qu’elle nous révèle ici. Elle rappelle à bon escient qu’à la sortie de son film Baise-moi, la critique s’est esbaudie à rappeler qu’elle était une pute et qu’elle était moche… alors que personne ne s’est ému de la beauté particulière d’un Houellebecq… qui doit sans doute pourtant, et depuis fort longtemps, payer pour baiser.

"Il y a un lien réel entre l'écriture et la prostitution. S'affranchir, faire ce qui ne se fait pas, livrer son intimité, s'exposer aux dangers du jugement de tous, accepter son exclusion du groupe. Plus particulièrement en tant que femme : devenir une femme publique. En opposition évidente avec la place qui nous est traditionnellement assignée : femme privée, propriété, moitié, ombre d'homme". (84)

Retenons comme note pour plus tard les conseils de lecture de V. S. : Norma Jane Almodovar, Carole Queen, Scarlot Harlot, Margot St James, Pheterson, Le prisme de la prostitution, Claire Carthonnet, J’ai des choses à vous dire

Puis revenons au propos éponyme de VD. De quoi la  King Kong Theorie est-elle la théorie ? Quel rapport avec King Kong, la bête lourde et poilue qui nous a tellement fait fantasmer, nous les filles !

(ah bon ? pas vous ?)

Et bien cela se niche au cœur palpitant de l’essai sulfureux, et ressemble tout de même à une vague – mais originale – ode à la nature naturellement merveilleuse et naturellement bienveillante… le deus ex natura… le gorille !

 

"King Kong fonctionne comme la métaphore d'une sexualité d'avant la distinction des genres telle qu'imposée politiquement autour de la fin du XIXè siècle. King Kong est au-delà de la femelle et au-delà du mâle. Il est à la charnière, entre l'homme et l'animal, l'adulte et l'enfant, le bon et le méchant, le primitif et le civilisé, le blanc et le noir. Hybride, avant l'obligation du binaire. L'île de ce film est la possibilité d'une forme de sexualité polymorphe et hyperpuissante. Ce que le cinéma veut capturer, exhiber, dénaturer puis exterminer.

Quand l'homme vient la chercher, la femme hésite à le suivre. Il veut la sauver, la ramener dans la ville, dans l'hétérosexualité hypernormée. La belle sait qu'elle est en sécurité auprès de King Kong. Mais elle sait aussi qu'il faudra quitter sa large paume rassurante, pour aller chez les hommes et s'y débrouiller seule". (112)

Bon, qu’on se le dise une bonne fois pour toute : pour VD, les hommes sont des enculés.

Tout la servilité et la soumission qui nous incombent et qui constituent notre quotidien de femelle empêtrée dans les bijoux et les talons aiguilles jusqu’au cou, nous le leur devons.

"Car les hommes ont ceci de très particulier qu'ils tendent à mépriser ce qu'ils désirent ainsi qu'à se mépriser pour la manifestation physique de ce désir. En désaccord fondamental avec eux-mêmes, ils bandent pour ce qui les rend honteux. En déportant la prostitution de rue, celle qui offre le soulagement le plus rapide, le corps social complique le soulagement des hommes. […] Le désir des hommes doit blesser les femmes, les flétrir. Et, en conséquence, culpabiliser les hommes. Ça n'est pas une fatalité, encore une fois, mais une construction politique. Les hommes actuellement ne donnent pas l'impression d'avoir l'intention de se libérer de ce genre de chaînes. Au contraire". (83)

Voilà. Tout est dit. Les hommes sont des concupiscents honteux et ils nous le font payer très cher en nous avilissant depuis la nuit des temps et sur toute la planète, ils se servent de nous comme souffre-douleur au lieu de nous foutre tranquille…

euh… de nous foutre la paix et de nous laisser tranquille (avec King Kong).

Il paraît que ces cons d’hommes n’arrêtent pas de se foutre de nous, en sus…

 

"J'aime beaucoup, depuis, entendre les hommes pérorer sur la stupidité des femmes qui adorent le pouvoir, l'argent ou la célébrité : comme si c'était plus con que d'adorer des bas résille…" (72)

Elle souligne le rapport ambigu des hommes au porno, leur rapport honteux bien sûr, mais l’admiration ou du moins la pétrification intimidante qu’ils subissent quand ils sont devant une icône du porno.

Elle les accuse de faire vivre la prostitution, qu’elle défend de façon très pertinente en adoptant le point de vue politique adéquat :

 

"Les prostituées forment l'unique prolétariat dont la condition émeut autant la bourgeoisie. Au point que souvent des femmes qui n'ont jamais manqué de rien sont convaincues de cette évidence : ça ne doit pas être légalisé. Les types de travaux que les femmes non nanties exercent, les salaires misérables pour lesquels elles vendent leur temps n'intéressent personne. C'est leur lot de femmes nées pauvres, on s'y habitue sans problème. Dormir dehors à quarante ans n'est interdit par aucune législation. La clochardisation est une dégradation tolérable. Le travail en est une autre. Alors que, vendre du sexe, ça concerne tout le monde et les femmes "respectables" ont leur mot à dire". (57)

Finalement, pas de commerce gratuit avec les hommes, pas de complaisance, pas d’abandon : tout doit être monnayé avec l’ennemi qu’elle dénonce. Voici le conseil qu’elle donne :

"N'empêche que si je devais donner un conseil à une gosse, je lui dirais plutôt de faire les choses clairement, et de garder son indépendance, si elle veut tirer profit de ses charmes, plutôt que de se faire épouser, maquer, engrosser et coincer par un type qu'elle ne supporterait pas s'il ne l'emmenait pas en voyage". (76)

D’ailleurs, elle dénonce les pièges de la féminité, et depuis, ses mots me hantent dès que j’arpente des couloirs en talons qui claquent…

"Après plusieurs années de bonnes, loyales et sincères investigations, j'en ai quand même déduit que : la féminité, c'est la putasserie. L'art de la servilité. On peut appeler ça séduction et en faire un machin glamour. ça n'est un sport de haut niveau que dans très peu de cas. Massivement, c'est juste prendre l'habitude de se comporter en inférieure. Entrer dans une pièce, regarder s'il y a des hommes, vouloir leur plaire. Ne pas parler trop fort. Ne pas s'exprimer sur un ton catégorique. Ne pas s'asseoir en écartant les jambes pour être bien assise. Ne pas s'exprimer sur un ton autoritaire. Ne pas parler d'argent. Ne pas vouloir prendre le pouvoir. Ne pas vouloir occuper un poste d'autorité. Ne pas chercher le prestige. Ne pas rire trop fort. Ne pas être soi-même trop marrante". (126)

Là, je re-perds mes repères.

Les talons signe de servilité, OK…

Mais les bijoux… quid des plumes du grand chef indien ? Pourquoi les plumes, les fards et les bijoux nous valent-ils des surnoms grossiers, alors même que les paons et les colverts rutilants sont des mâles ? Nos humains mâles seraient-ils jaloux que les fanfreluches nous siéent bien mieux à nous ?

La robe, je n’en suis pas sûre non plus. Les hommes ont tort de se serrer le peu de couilles qu’ils ont dans des pantalons étroits dont parfois, selon l’âge de l’orang-outan en question, déborde un ventre disgracieux et gorillesque (on retourne à King Kong, tiens…), le tout surmonté d’une cravate, signe ostentatoire d’adhésion animale au système. La laisse professionnelle. Je la leur laisse.

Enfin, quel intérêt à vouloir parler fort, s’asseoir mal, être importun et grossier, prendre toute la place ? J’ai pas envie de ressembler à un goret !

En revanche, le droit de rire, même comme une pintade hagarde, ne vous en déplaise, je l’ai – je le garde.

Mais revenons au propos principal du livre, qui ne concerne pas les femmes, mais plutôt les enculés. Si j’étais un homme, la suite m’aurait choquée et blessée.

Cependant, quand je lis la deuxième lettre de ménage d’Antonin Artaud à Anaïs Nin, alors je me dis que tout est permis

Finalement, l’homme Antonin Artaud est campé dans ses attentes comme les hommes dont VD parlent ci-dessous sont à l’antique : les femmes domestiques au gynécée, les courtisanes libres et aimées (voire vénérées) et les hommes s’admirant entre eux, se sculptant et s’amourachant des jeunes dieux du stade ou de l’arène, et toute cette société esclavagiste et masculiniste, dont une partie d’entre nous seulement ont désormais tiré un pied hors de la bauge. Mais quel pied…!

"Ils aiment parler aux femmes, les hommes. Ça leur évite de parler d'eux. Comment explique-t-on qu'en trente ans aucun homme n'a produit le moindre texte novateur concernant la masculinité ? Eux qui sont si bavards et si compétents quand il s'agit de pérorer sur les femmes, pourquoi ce silence sur ce qui les concerne ? […] Les hommes aiment les hommes. Ils nous expliquent tout le temps combien ils aiment les femmes, mais sait toutes qu'ils nous bobardent. Ils s'aiment, entre eux. Ils se baisent à travers les femmes, beaucoup d'entre eux pensent déjà aux potes quand ils sont dans une chatte. Ils se regardent au cinéma, se donnent de beaux rôles, ils se trouvent puissants, fanfaronnent, n'en reviennent pas d'être aussi forts, beaux et courageux. Ils écrivent les uns pour les autres, se congratulent, ils se soutiennent. Ils ont raison. Mais à force de les entendre se plaindre que les femmes ne baisent pas assez, n'aiment pas le sexe comme il faudrait, ne comprennent jamais rien, on ne peut pas s'empêcher de se demander : qu'est-ce qu'ils attendent pour s'enculer ? Allez-y. Si ça peut vous rendre plus souriants, c'est que c'est bien". (142)

Publié par

laetitia

Écrivain, formation en Lettres Classiques et Docteur en linguistique, prof de communication et de FLE, je souhaite ici mettre à disposition de tous des cours, des avis et Compte-rendu de lecture, des extraits de mes romans, des articles de linguistique, des recherches en mythologie et religion…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *