Bourdieu, Contre-feux

Contre-feux, propos pour servir à la résistance contre l’invasion néo-libérale.

Publié chez Raisons d’agir en 1998.

Nous sommes en 2018, et Contre-feux a été publié en 1998.

Pourquoi faut-il le lire ?

Parce que c’est un peu prophétique ? Vous l’attendiez celle-là ! Trop facile.

Non, il n’existe pas de prophète. En revanche, il existe des mémoires courtes, et la nôtre accepte qu’on nous rebatte les oreilles des mêmes alertes d’un côté, et des mêmes bêtises de l’autre. Par conséquent, peu importe la date, ces textes de Bourdieu donnent autant à penser que s’ils avaient écrit hier.

Au passage, relire du Bourdieu à l’heure où on lui prête volontiers des croyances ineptes en des entités fantomatiques, ça permet de garder la tête froide, de ne pas tomber dans les travers snobs, qu’il dénonce d’ailleurs [et ça me fait jubiler, mais c’est tout personnel] dans son texte consacré à Sollers.

"Son originalité - parce qu'il en a une : il s'est fait le théoricien des vertus du reniement et de la trahison, renvoyant ainsi au dogmatisme, à l'archaïsme, voire au terrorisme, par un prodigieux renversement auto-justificateur, tous ceux qui refusent de se reconnaître dans le nouveau style libéré et revenu de tout." (p. 18)

Ce qu’il lui reproche ?

"Faire semblant d'être écrivain, ou philosophe, ou linguiste, ou tout cela à la fois, quand on n'est rien et qu'on ne sait rien de tout cela" (p. 16)

Ce qu’il reproche à Sollers en clair ? D’avoir usurpé sa place d’intellectuel, puis perverti la gauche et l’avoir détruite de l’intérieur en y distillant le cynisme stérile [et snob, la posture désabusée] et le nihilisme narcissique [hypocritement blasé] à la Cioran – ceux qui répètent que rien ne sert à rien, mais souhaitent tout de même être publiés et pensent valoir davantage que d’autres. Et par cet individualisme dissimulé, cet amour de la posture personnelle, il lui reproche d’avoir favorisé le néo-libéralisme.

Deux attitudes négatives possibles : se faire passer pour un revêche intellectuel tellement plus intelligent que la masse que rien ne le séduit [cf au-dessus]… sauf le cul   [parce qu’il faut avoir un sacré pb de gonzesse pour écrire un truc pareil… ou alors il demande à son « harem » de le traiter en bébé… ?]. Ou rentrer dans le rang, devenir un traitre à l' »esprit » de 68. Dans leur cynisme et leur lâcheté, les deux attitudes se valent.

"La réaction de panique rétrospective qu'a déterminée la crise de 68, révolution symbolique qui a secoué tous les petits porteurs de capital culturel, a créé (avec, en renfort, l'effondrement - inespéré ! - des régimes de type soviétique) les conditions favorables à la restauration culturelle aux termes de laquelle "la pensée" Science-Po" a remplacé la "pensée Mao".(p.15)

J’étais heureuse d’entendre des propos similaires chez Alain Badiou, jeudi 10 mai 2018, sur France Culture dans la Grande Table,

 "au nom de l'échec ou du fiasco du communisme étatique issu de la révolution de 1917, ils ont déclaré que cette orientation en générale était impossible."

Or l’ambition collective, le « mettre en commun », est une orientation qui s’oppose à l’individualisme. Organiser la vie en commun, c’est tout le programme de la politique, au sens propre du terme. Mais l’individu existe-t-il ? Pour vendre des choses à des individus qui nourrissent par cet avoir leur narcissisme, il est important que l’individu croit en sa propre existence… or :

 "la notion d'individu est tout à fait obscure […] aucun individu n'est en mesure de déchiffrer sa propre existence sans la médiation de l'autre, et sans la médiation des autres […] il parle une langue, c'est pas lui qui l'a inventée, il est dans une société, c'est pas lui qui l'a créée, il tombe amoureux de quelqu'un, c'est pas lui qui l'a choisi, etc. et donc l'individu se dilate nécessairement dans sa propre existence. La notion de l'atome individuel, et des atomes individuels consommateurs, salariés et concurrents, qui est quand même la vision générale du libéralisme, je la crois fausse, tout simplement, c'est une idéologie et il faut s'en débarrasser et la politique, je crois, sert à ça." (Alain Badiou)

Vous l’aurez compris, ce recueil de textes de Bourdieu est politiquement ancré et ne veut pas laisser croire que la droite et la gauche, bah c’est pareil. Ainsi distingue-t-il la « main gauche » de l’État (assistants sociaux, éducateurs, magistrats, profs et instits) de sa main droite (énarques banquiers, cabinets ministériels) (p.9) et dénonce le torpillage de cette main droite par ce qu’on appelle aujourd’hui les experts.

"Ce qui est en jeu, aujourd'hui, c'est la reconquête de la démocratie contre la technocratie : il faut en finir avec la tyrannie des "experts", style Banque mondiale ou FMI, qui imposent sans discussion les verdicts du nouveau Léviathan, "les marchés financiers", et qui n'entendent pas négocier, mais "expliquer". (p. 30 : Contre la destruction d'une civilisation, intervention en gare de Lyon, lors des grèves de décembre 1995)

Il décrit et dénonce le nouveau « mythe de la mondialisation », océan dans lequel l’individu se rattache à ses « choses » et nécessaire pour assoir un pouvoir. Le mythe de la mondialisation, ou plutôt la justification théorique des privilèges…

 "Max Weber disait que les dominants ont toujours besoin d'une "théodicée de leur privilège", ou, mieux, d'une sociodicée, c'est-à-dire d'une justification théorique du fait qu'ils sont privilégiés." donc du mythe de la mondialisation, qui permet de faire accepter ce que Bourdieu appelle "la philosophie de la compétence "selon laquelle ce sont les plus compétents qui gouvernent, et qui ont du travail, ce qui implique que ceux qui n'ont pas de travail, ne sont pas compétents. Il y a les winners et les losers, il y a la noblesse, ce que j'appelle la noblesse d'État, c'est-à-dire ces gens qui ont toutes les propriétés d'une noblesse au sens médiéval du terme et qui doivent leur autorité à l'éducation, c'est-à-dire, selon eux, à l'intelligence, conçue comme un don du Ciel, dont nous savons qu'en réalité elle est distribuée par la société, les inégalités d'intelligence étant des inégalités sociales. L'idéologie de la compétence convient très bien pour justifier une opposition qui ressemble un peu à celle des maîtres et des esclaves." (p49)
(Le mythe de la mondialisation et l'État social européen, Athènes 1996)
 "On donne [ainsi] en modèle aux travailleurs européens des pays où le salaire minimum n'existe pas, où le salaire minimum n'existe pas […] Et c'est au nom d'un tel modèle qu'on impose la flexibilité, autre mot-clé du libéralisme, c'est-à-dire le travail de nuit, le travail des week-ends, les heures de travail irrégulières, autant de choses inscrites de toute éternité dans les rêves patronaux. De façon générale, le néo-libéralisme fait revenir sous les dehors d'un message très chic et très moderne les plus vieilles idées du plus vieux patronat." (p. 39)

Très important de toujours se souvenir qu’il s’agit là, en effet, des plus vieilles idées du monde : le travail payé à la tâche… que faisions-nous de pire ? L’esclavage peut-être.

Alors on va me dire qu’il faudrait étudier davantage l’économie, et que d’ailleurs :

Le Prix Nobel d’économie Edmund Phelps a affirmé que l’inculture économique des Français coûtait au pays 1 point de PIB par an.

Moi, quand je lis ça, je n’en peux plus de rire. Comment a pu-t-on en arriver là ? Et calculer un tel délire ??

Si l’on peut faire de tels calculs, j’aimerais qu’on calcule également combien coûte l’inculture en général ! Celle qui permet de balayer Bourdieu d’un revers de la main en se disant « c’est obsolète, des vieilles idées« , celle qui fait oublier les acquis sociaux très récents du début du XXè (puisque les plus vieilles idées du monde ont près de 3000 ans ; il ne suffit pas d’écrire NÉO devant pour que le monde soit dupe…), celle que fabrique une école désavouée et désunie, percluse des bêtises à la mode des derniers pédagogues et qui produit des illettrés, mauvais en math, prompts à se faire avoir par n’importe quel médiocre vendeur, obsédés par l’AVOIR et prêts à laper n’importe quelle amertume pour l’AVOIR.

Le pire s’est déjà produit dans la politique puisque c’est à gauche que l’on voit fleurir la méfiance envers l’État et le mépris des services publics. Qui rêve de devenir fonctionnaire pour manifester sa solidarité avec l’ensemble des citoyens ?

"Dans une époque de crise de la confiance dans l'état et dans le bien public, on voyait fleurir deux choses : chez les dirigeants, la corruption, corrélative du déclin du respect de la chose publique, et chez les dominés, la religiosité personnelle, associée au désespoir concernant les recours temporels. De même, on a le sentiment, aujourd'hui, que le citoyen, se sentant rejeté à l'extérieur de l'État (qui, au fond, ne lui demande rien en dehors de contributions matérielles obligatoires, et surtout pas du dénouement, de l'enthousiasme), rejette l'État, le traitant comme une puissance étrangère qu'il utilise au mieux de ses intérêts." (p.12)

 

Publié par

laetitia

Écrivain, formation en Lettres Classiques et Docteur en linguistique, prof de communication et de FLE, je souhaite ici mettre à disposition de tous des cours, des avis et Compte-rendu de lecture, des extraits de mes romans, des articles de linguistique, des recherches en mythologie et religion…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *