Homo Sapiens, une brève histoire de l’humanité

Voici le livre à lire de toute urgence !

D’abord, parce qu’il aborde l’humanité de ses débuts à aujourd’hui, adoptant d’emblée une vision du monde en la dépouillant de certaines croyances qui emprisonnent ou aveuglent, croyances dont la définition – large – sera développée tout le long.

« Il y a environ 13,5 milliards d’années, la matière, l’énergie, le temps et l’espace apparaissaient […] Voici près de 70 000 ans, des organismes appartenant à l’espèce Homo Sapiens commencèrent à former des structures encore plus élaborées : les cultures. Le développement ultérieur de ces cultures humaines est ce qu’on appelle l’histoire. »

Avec beaucoup d’ironie, de petites histoires et d’analogies particulièrement stimulantes, percutantes et pertinentes, l’auteur nous raconte cette histoire qui conduit cet « animal insignifiant » à Frankenstein…

Son point de vue sur la Révolution agricole puis la Révolution scientifique présente des pistes d’explications et d’interrogations sur les étapes de la formation de cette humanité dont nous faisons partie aujourd’hui et qui passe par son unification, probablement nécessaire à sa survie. Il retrace ce que l’anthropologie est en mesure d’expliquer sur ce qui nous a conduit jusqu’à aujourd’hui en passant par des détours anecdotiques jubilatoires.

La théorie du commérage (p.35), la nécessité de mentir ou de parler de choses qui n’existent pas, par exemple, pourraient expliquer le développement du Langage.

« Le secret réside probablement dans l’apparition de la fiction. De grands nombres d’inconnus peuvent coopérer avec succès en croyant à des mythes communs. »

En passant par l’histoire de Peugeot – ou plutôt le mythe Peugeot revisité, l’auteur explique comment les humains se sont réunis en communauté autour de leurs amis, ennemis imaginaires et inventions…

« Pourtant, aucune de ces choses n’existe hors des histoires que les gens inventent et se racontent les uns aux autres. Il n’y a pas de dieux dans l’univers, pas de nations, pas d’argent, pas de droits de l’homme, ni lois ni justice hors de l’imagination commune des êtres humains. » (p. 40)

C’est l’histoire que nous raconte cet auteur. Mais il précise qu’une réalité imaginaire n’est pas un mensonge et elle existe bel et bien :

« Personne ne mentait quand, en 2011, les Nations unies exigèrent du gouvernement libyen qu’il respecte les droits de l’homme de ses concitoyens, alors même que les Nations unies, la Libye et les droits de l’homme sont des fictions nées de notre imagination fertile. » (p. 45)

Poursuivant ce fil directeur, vous y trouverez de belles explications sur le passage d’une société de fourrage à l’agriculture et le lien avec les problèmes d’obésité que certains rencontrent aujourd’hui. Le « gène de la goinfrerie » (p. 56) aurait guidé nos instincts durant 60 000 ans : un arbre gorgé de fruits doit être rapidement englouti par la tribu avant d’être englouti par une bande de macaques concurrente. Alors aujourd’hui, comment pourrait-on se débarrasser de 60 000 ans de goinfrerie lorsque nous nous retrouvons plantés dans un supermarché surabondant ?

Vous y apprendrez comment l’humanité peut se qualifier de serial killer écologique… avant la révolution agricole, l’homo sapiens avait déjà causé la disparition de la très grande majorité des espèces de sa planète.

À propos de cette Révolution agricole, qualifiée par l’auteur de « la plus grande escroquerie de l’histoire », vous nuancerez ou changerez peut-être votre point de vue : Les fourrageurs disparaissent… « Tout changea voici environ 10 000 ans, quand les Sapiens se mirent à consacrer la quasi-totalité de leur temps et de leurs efforts à manipuler la vie d’un petit nombre d’espèces animales et végétales. De l’aurore au crépuscule, ils se mirent à semer des graines, à arroser les plantes, à arracher les mauvaises herbes et à conduire des troupeaux vers des pâturages de choix. Un travail qui, dans leur idée, devait leur assurer plus de fruits, de grains et de viande. »

En réalité, la mortalité augmente. Mais elle est compensée par un grand essor de la natalité. Naquit avec la révolution agricole l’illusion de la propriété (le blé nécessite du travail et il se stocke, donc il peut être volé), mais également la croyance selon laquelle, plus tu travailles, plus tu as, et donc, plus tu es heureux. Les sapiens deviennent esclaves de cette croyance.

A la faveur d’une telle croyance, ce sont des élites autoproclamées qui s’autorisent à ne pas travailler la terre.

« Jusqu’à la fin des Temps modernes, plus de 90% des hommes étaient des paysans qui se levaient chaque matin pour cultiver la terre à la sueur de leur front. L’excédent produit nourrissait l’infime minorité de l’élite qui remplit les livres de l’histoire : rois, officiels, soldats, prêtres, artistes et penseurs. L’histoire est une chose que fort peu de gens ont faite pendant que tous les autres labouraient les champs et portaient des seaux d’eau. » (p. 129)

Cette élite ne peut émerger qu’à condition que les humains constituent une communauté de croyants volontaires. Diogène qui ne voulait que la lumière du soleil passe pour un original : les cyniques ne bâtissent pas d’empire. Pour les autres,

« Comment amener les gens à croire à un ordre imaginaire comme le christianisme, la démocratie ou le capitalisme ? Premièrement, vous ne voulez pas admettre que l’ordre est imaginaire. Vous protestez toujours que l’ordre qui soutient la société est une réalité objective créée par les grands dieux ou les lois de la nature. Les gens sont inégaux : non parce qu’Hammurabi l’a dit, mais parce qu’Enlil et Marduk l’ont décrété. Les gens sont égaux : ce n’est pas Thomas Jefferson qui l’a it, mais Dieu qui les a créés ainsi. Le marché est le meilleur système économique : ce n’est pas Adam Smith qui l’a dit, ce sont les lois immuables de la nature. » (p. 140)

Pourquoi ? Parce que l’ordre imaginaire est incorporé au monde matériel, parce qu’il façonne nos désirs – nous ne sommes pas libres de désirer ce que nous désirons, parce que cet ordre imaginaire est intersubjectif (ou collectivement subjectif). (pp. 141-146) Et malgré toute cette imagination, l’histoire montre qu’il n’y a pas de justice, pas même de progrès vers la justice (pp. 163-191). En effet, ceux qui se conforment à l’ordre imaginaire ne sont pas nécessairement récompensés.

Pour finir, des ordres imaginaires qui nous gouvernent, le credo capitaliste est le dernier en date et aujourd’hui le plus puissant. L’auteur en démonte les mécanismes profonds.

« La croyance du capitalisme en une croissance économique perpétuelle va contre tout ce que nous savons ou presque de l’univers. Ce serait pure folie pour une société de loups que de croire que l’offre de moutons ne cessera de croître. » (p. 369) … et pourtant… « En 1500, la production mondiale de biens et de services se situait autour de 250 milliards de dollars ; aujourd’hui, elle tourne autour de 60 billions de dollars. » (p. 357) Malheureusement, sans doute à cause du gène de la goinfrerie, cet excédent n’est pas redistribué…

Au détour de cette lecture instructive, notamment au sujet des rapports entre l’impérialisme et le capitalisme, vous apprendrez quelques petites anecdotes amusantes, par exemple :

« La première fois qu’ils arrivèrent [Les Espagnols] au Mexique, des indigènes porteurs de brûleurs d’encens furent chargés de les accompagner dans tous leurs déplacements. Les Espagnols crurent à une marque d’honneur divin. Nous savons par des sources indigènes que les autochtones trouvaient insupportable l’odeur des nouveaux venus. » (p. 343)

Ou encore, la légende (ou l’histoire vraie ?) selon laquelle Amstrong et Aldrin, en 1969 s’apprêtaient à mettre un pied sur la Lune, un indigène américain leur aurait confié un message à transmettre aux esprits de notre satellite… Amstrong et Aldrin ne comprenaient pas cette langue tribale et apprirent par cœur le message sans en saisir le sens. A leur retour, la tâche dûment effectuée, ils firent traduire le fameux message qui disait : « Ne croyez pas un seul mot de ce qu’ils vous racontent. Ils sont venus voler vos terres. » (p. 335)

Alors, chers amis, lisez ce livre !!!!!!

Le cerveau a-t-il un sexe ?

 

Neurobiologiste et directrice de recherche à l’institut Pasteur, Catherine Vidal 9782746506251est en guerre contre les stéréotypes véhiculés ces dernières années dans les médias et la télévision : « I faut désintoxiquer les gens de la bêtise ambiante ! » Il faut le savoir, et la neurobiologiste le crie haut et fort : la totalité des arguments cités plus haut*, et repris en boucle dans les médias, sont réfutés depuis longtemps… par la science.

La théorie du corps calleux de 1982 ? (tu mourras moins bête 😉 Invalidée en 1997 par une enquête sur deux mille personnes qui ne montre aucune différence entre hommes et femmes. La femme serait la plus douée pour parler ? Une gigantesque étude menée en 2004 n’a révélé aucune différence entre les sexes concernant les capacités dans ce domaine. la théorie des hémisphères gauche (langage) et droit (représentation spatiale) ? Lancée dans les années 70, avant l’IRM, en pleine mode du yin et du yang, elle est complètement dépassée : l’imagerie cérébrale montre que les deux hémisphères fonctionnent en permanence en interaction, chez les deux sexes. La testostérone rend les hommes agressifs, et l’œstrogène, les femmes émotives et sociables ? Les récents progrès des neurosciences prouvent que l’être humain échappe à la loi des hormones : son cortex surdéveloppé, siège des fonctions cognitives les plus élaborées (langage, conscience, imagination…), n’est guère réceptif aux fluctuations hormonales, contrairement à celui des animaux. La préhistoire et ses atavismes ? Nous n’avons aucune trace de la répartition des tâches chez l’homme préhistorique. Le stéréotype de l’homme chasseur et de la femme au foyer est hérité du XIXè. Claudine Cohen a bien expliqué comment les imaginatifs scientifiques de l’époque ont calqué leur vision de la cellule familiale conservatrice du XIXè sur la préhistoire, et combien ces représentations persistent aujourd’hui.

« Les auteurs des livres qui véhiculent ces clichés ne font pas forcément volontairement de la désinformation, dit la neurobiologiste. Nous baignons dans une culture où le rôle des uns et des autres restent bien différents, marqués. Il y a les métiers d’hommes et de femmes. Inconsciemment, c’est intégré par chacun. Il faut faire un effort intellectuel pour penser autrement ». Les travaux des anthropologues Françoise Héritier en Afrique et Maurice Godelier en Nouvelle-Guinée ont pourtant montré qu’il existe une grande diversité dans la répartition des tâches selon les sociétés. Dans certaines tribus africaines, ce sont les femmes qui marchent des kilomètres tous les jours pour la cueillette et assurent les deux tiers de l’alimentation du groupe. Le mythe de l’homme des cavernes en prend un coup (de gourdin).

Malgré tout, les hommes et les femmes ont bien un cerveau différent. Le sexe génétique de l’embryon (XX et XY) induit la formation des organes sexuels. des hormones sexuelles différentes vont ainsi imprégner le cerveau et influencer la formation des neurones. Mais cela concerne uniquement la reproduction : « Pour tout le reste, toutes les différences de comprotement entre les hommes et es femmes sont essentiellement dues à la société, à la culture et à l’éducation. Pas aux hormones, ni aux gènes » explique Catherine Vidal.

Mais alors, comment expliquer que les chasseurs de gènes, ceux de l’amour romantique, de l’intuition féminine et des préférences sexuels parviennent à faire publier leurs recherches fumeuses dans les meilleures revues scientifiques ? Pour celles-ci, c’est l’assurance de retombées médiatiques. En 1999, une étude sur le « gène » de la fidélité conjugale publiée par l’hebdomadaire Nature défraya la chronique. Il y a aussi les arrières-pensées idéologiques. Nombreux aux États-Unis, présents dans les milieux néoconservateurs, ces chercheurs déterministes estiment que tout est joué à l’avance : les capacités, les défauts, les appétences, la morale. Les méchants naissent méchants. Les hommes incapables de trouver le beurre dans le réfrigérateur. Risque majeur du déterminisme : légitimer l’ordre social par l’ordre naturel. « Les femmes sont nulles en math », lançait peu ou prou Lawrence Summers, le directeur de Harvard, en 2005. Ce fut un tollé : il dut démissionner. Sa pique aura provoqué une nouvelle étude pour faire le point sur la question. Le rapport en a été publié en septembre 2006. Ses conclusions ? ‘Les études sur la structure du cerveau […] ne montre pas de différences entre les sexes qui pourraient expliquer la sous-représentation des femmes dans les professions scientifiques […] : cette situation est le résultat de facteurs individuels, sociaux et culturels. » Ouf !

Alors, hommes, femmes, tous pareils ? Non, tous différents. « Grâce aux nouvelles techniques d’imagerie cérébrale, on sait que la variabilité individuelle l’emporte sur la variabilité entre les sexes. » explique Catherine Vidal. c’est la grande découverte de ces dernières années : la plasticité du cerveau. Avec sa centaine de milliards de neurones plongés dans un bouillonnement électrique permanent, son million de milliards de synapses, il conserve nombre de ses secrets et continue d’alimenter les fantasmes. mais on est sûr d’une chose : il évolue du beceau jusqu’au cercueil. Le bébé naît avec tous ses neurones, mais 90% de ses connexions se feront dans les vingt années après sa naissance. Si les zones qui commandent la main gauche d’un violoniste professionnel ou celles de l’orientation dans l’espace d’un chauffeur de taxi sont surdéveloppées, difficile de l’imputer à un gène. l’expérience forge ce qui bourdonne sous nos fronts. Un jeune garçon sera mis très tôt sur un terrain de foot. Il développera son sens de l’orientation spatiale. Une petite fille habituée à rester à la maison dans une sphère consacrée à l’échange parlera plus vite. Dès sa prime enfance, l’être humain est inconsciemment imprégné d’un schéma identitaire auquel il doit se conformer pour être accepté par le groupe. On ne dit pas à une fille « Que tu es costaude !! », ni à un petit garçon « Que tu es joli ! ».

En définitive, on peut se demander pourquoi des homo sapiens aussi évolués que nous peuvent bien se ruer sur ces best-sellers qui expliquent nos comportements par une biologie de bazar : « Le succès de ces théories tient au fait qu’elles sont rassurantes, répond la neurobiologiste. Elles nous donnent l’illusion de nous comprendre et de nous sentir moins responsable de nos actes, de nos lacunes. »

Il sera plus difficile d’admettre que, non, monsieur, vous n’aurez plus d’excuses pour le beurre dans le frigo ; non, madame, plus d’excuses pour ces satanés créneaux ! Le cerveau évolue : entraînez-le !

TeleramaNicolas Delasalle, journaliste à Télérama, Extrait Télérama, Février 2007 p. 18

* Plus haut, l’article faisait l’inventaire des clichés du style : l’homme bénéficie d’une meilleure capacité d’orientation dans l’espace, la femme est meilleure diplomate, est plus douée pour communiquer. L’homme est désordonné et perd ses affaires : la femme aime que les objets soient rangés, elle est mieux organisée. les hommes conduisent trop vite, les femmes assez mal… etc.

Question subsidiaire : Le sexe a-t-il un cerveau ?

La vérité sous le voile

Plus Homo sapiens tu meurs… Homo sapiens que nous sommes, toujours motivés par le goût d’en voir plus et d’en savoir plus, toujours motivés par l’envie d’avoir raison et de convaincre… bonjour !

Je souhaite répondre ici à certains arguments qui ont défendu le port du voile et sa compatibilité avec le combat féministe en occident. Et je pèse mes mots : en occident. Car, nous le savons, dans d’autres pays, être féministe revient à se battre pour travailler, hériter et voter – alors à ce stade, peu importe voile ou pas voile. D’ailleurs, nos arrière-grands-mères portaient des espèces de fichues et ne sortaient jamais en cheveux ! Il faudrait donc admettre la prééminence du hic et nunc, c’est-à-dire, que les événements sont constituants d’une époque et d’un lieu, et qu’ils sont tout à fait contextuels. Parce qu’en effet, il s’agit bien d’une histoire d »occident. Et il s’agit bien du port du voile en occident.

Le premier argument en faveur du port du voile que je souhaite remettre en cause est celui qui consiste à dire, pour le défendre, qu’il n’est pas une obligation prônée par le Coran et qu’il provient même de la tradition chrétienne. Le second argument en faveur du port du voile explique qu’il est une manifestation de la pudeur… Le troisième enfin invoque la laïcité et le droit de porter ce qu’on souhaite sans être inquiété.

Je prends ici le parti de laisser les lecteurs prendre connaissance (ou revoir) certains faits pour se forger une opinion.

J’aimerais donc rappeler que lorsque les grecs conquirent le bassin méditerranéen (vers le 2ème millénaire avant JC et un peu après), certains se heurtèrent à des civilisations où les déesses et les prêtresses étaient des femmes (cf. A l’origine, des femmes déesses), voire les politiques étaient des reines (comme en Afrique du nord) . Que par la suite, une fois installée l’hégémonie grecque depuis des siècles, la démocratie grecque du IVè avant JC maintenait tout de même les femmes avec les esclaves et les enfants loin du droit de vote et de préférence au gynécée dont elles ne sortaient que couvertes. Que le pater familias romain, quelques siècles plus tard, avait droit de vie et de mort sur sa femme et ses enfants. Que dès cette époque, la femme n’a pas d’autre alternative que épouse et mère ou jeune fille vierge (cf Les femmes et le sexe dans la Rome Antique, Virginie Girod, chez Taillandier). Que, dans un contexte aussi contraignant, le message de Jésus a fait beaucoup d’émules parmi les femmes puisqu’il enseignait que les deux âmes sont égales devant dieu. C’était donc un petit progrès pour les femmes. Pour cette raison, les pères de l’Église, ceux qui ont transformé, revu et corrigé le message de Jésus pendant des siècles, sont revenus là-dessus et ont laissé s’exprimer une haine ou une peur des femmes (cf La cité des dames, de Christine de Pizan (stock/MoyenAge) pourtant chrétienne, qui en fait une belle synthèse allégorique), sentiments misogynes hérités de siècles de domination gréco-romaine. Que le Coran, à son tour, a proposé quelques améliorations du sort des femmes mais que certains hommes (des machos misogynes) se sont arrogés le message divin pour finalement revenir à leur obsession : faire taire les femmes.

On constate donc que chez une grande partie des hommes qui accédèrent au pouvoir, et ce depuis des siècles et indépendamment de toute religion, on trouve une peur ancestrale des femmes et la volonté de les faire taire (éliminer 50% des candidats pour un poste, qui n’en rêve pas ?), de les soumettre (il faut se reproduire, qui mieux que leur égale pour s’occuper de la descendance ?), de les cacher (pour qu’elles ne nourrissent pas en leur sein l’enfant d’un autre mâle !!). Certains exigent d’elles depuis au moins 4 millénaires d’être discrètes et de ne pas parler plus fort que leurs hommes, de les aider, de les soutenir, de les regarder avec amour et admiration, certains exigent qu’elles n’attisent pas le désir des autres hommes, par respect pour l’honneur de l’homme, pour l’honneur de la famille. Discrétion, modestie, pudeur. Voilà ce que certains hommes demandent des femmes depuis des centaines d’année, et voilà exactement ce contre quoi les féministes se soulèvent depuis un peu plus d’un siècle… depuis plus longtemps en vérité, depuis le début très certainement.

Oh cela ne concerne pas tous les hommes !! Beaucoup n’ont pas peur des femmes. Beaucoup préfèrent même les voir nues. Parce que faire l’amour, c’est beau et c’est bien, contrairement à ce que d’autres misogynes ont répété aux femmes pendant des siècles, dès fois qu’elles auraient plus de plaisir ou qu’elles en auraient avec d’autres !!

Comment les misogynes ont-ils lutté contre les femmes, pendant des siècles et partout et encore, femmes qui, malgré tout, sont des humains comme les autres et ont beaucoup souffert de ces pressions ? et se sont déjà beaucoup révoltées (L’Assemblée des femmes, Aristophane – Les femmes savantes, Molière) ! C’est très simple, il faut que l’idée vienne d’elles mêmes !! Il suffit de leur expliquer qu’elles sont plus désirables lorsqu’elles sont discrètes, modestes et pudiques ; qu’elles sont aussi plus respectables, qu’elles ne seront point agressées (faux : les femmes voilées subissent tout autant d’agression que les autres, cf le film Les femmes du bus 678, 2010) ; qu’elles remplissent à la perfection leur rôle d’épouse et de mère et que cela est très important pour être une femme accomplie et épanouie.

Et les hommes (les petits mâles macho et misogynes) s’y mettent à plusieurs, par delà les siècle et les frontières : ils vont de l’homme politique qui caquète à l’assemblée nationale française, au législateur musulman qui explique que chacune a le droit de porter ou non le voile, c’est-à-dire d’être pudique ou impudique… en passant par certains philosophes (que pourtant j’admire, mais qui devaient avoir quelques problèmes psychologiques malgré tout : Aristote, Nietzsche « la femme a la profondeur d’une assiette »), en passant par le patron qui rémunère un peu moins cette employée parce que c’est une femme et sans oublier le créateur de mode qui fait défiler des femmes squelettes, ô combien discrètes !

Les féministes en occident se battent contre cela et tâchent de rester vigilantes aujourd’hui encore contre toute atteinte à leur droit, contre tout ce qui commence par « parce que tu es une femme, tu dois…« , contre tout l’essentialisme sexuel (cf Âmes et corps, de Nancy Huston, chez Babel).

Comment, dans ce cas, ne pas être profondément gênée par le port du voile ? non pas parce que c’est musulman (puisque ce n’est pas l’apanage de l’islam cf. Le voile démasqué de Moulay-Bachir BELQAÏD, chez ErickBonnier), non pas parce que c’est leur dieu qui l’a dit et que je suis athée (en effet, peu de femmes musulmanes portent le voile parce qu’elles se prennent pour Jeanne d’Arc et entendent les voix du seigneur), mais tout simplement parce qu’il répond aux attentes du plus médiocre des misogynes : sois discrète, modeste et pudique.

A propos de cette pudeur, mot à mon sens ici dévoyé :  la norme provient d’une moyenne consentie entre plusieurs pratiques diverses et variées : si tout le monde porte du noir, la norme sera de porter du noir. La norme, c’est la majorité. C’est stupide, mais c’est ainsi. Quand une femme porte une jupe qui laisse voir le bas de sa culotte, on ne lui lance pas des pierres, mais on se regarde d’un air entendu : « c’est un peu court non ? » Si un homme dînait torse nu dans un restaurant, on lui demanderait bien de couvrir ce sein que l’on ne saurait voir. C’est ainsi, c’est la norme. Quand une femme se voile en expliquant que c’est par pudeur, elle envoie aux autres femmes le message qu’elles ne sont pas pudiques. Elle fait pencher la norme vers plus de vêtements = plus de pudeur. Or, d’abord, est-ce que la pudeur est seulement une histoire de vêtements ? Les esquimaux sont-ils plus pudiques que les aborigènes ? enfin, est-ce que j’ai envie que l’on finisse par me trouver impudique en décolleté et cheveux dénoués ? non.

Comment, dans ce cas, ne pas interpréter le voile comme une trahison de femmes à femmes ?

Puis je finirai par ce trait constitutif de la civilisation occidentale et qui nous vient des grecs, comme beaucoup de nos traits psychologiques (y compris misogynes) : la vérité se dit en grec a-lêtheia, soit « sans-voile » parce que pour les grecs de l’antiquité archaïque, la vérité, c’est ce qui est découvert et se montre, se voit. Ce sont les yeux qui permettent de distinguer le vrai du faux. Je ne dis pas que c’est bien, que c’est juste, que c’est mieux. Je dis juste que c’est ainsi que nous sommes construits. Mais il y a pire, lêtheia provient de la même racine que Léthée, vous savez, ce fleuve des Enfers qui apporte l’Oubli. Vous êtes morts, on vous couvre de la tête au pied, on vous oublie dans le fleuve du Léthée.

Alors sachant tout cela, bien entendu, loin de moi de prôner l’interdiction du voile en public !! Chacun fait ce qu’il veut, encore heureux ! Mais il faut que chacune sache ce qu’elle porte sur elle quand elle porte un tel symbole en occident et dans une société où le féminisme a cette histoire et cette représentation du voile. Tout le monde porte sur soi des signes distinctifs, tatouage, crête, tee shirt et marques de vêtements hyper visibles ; moi-même, j’ai les cheveux rouges. Tout le monde envoie à son insu ou volontairement des signes qui renseignent sur ce qu’il est !

Bref, il me semble peu envisageable d’être hic et nunc féministe tout en satisfaisant les attentes de la misogynie ancestrale (pas forcément musulmane donc) qui veut que les femmes soient discrètes, modestes et « pudiques ».

Ne confondons pas « pudeur » et quantité de vêtements !

Si l’on revendique la liberté d’afficher sur des vêtements des convictions (idées ou croyances ou goûts !), on ne peut pas refuser à ceux auxquels pourtant cet affichage s’adresse (puisque c’est une extériorisation des idées ou croyances ou goûts) la liberté de s’exprimer en retour.