Bourdieu, Contre-feux

Contre-feux, propos pour servir à la résistance contre l’invasion néo-libérale.

Publié chez Raisons d’agir en 1998.

Nous sommes en 2018, et Contre-feux a été publié en 1998.

Pourquoi faut-il le lire ?

Parce que c’est un peu prophétique ? Vous l’attendiez celle-là ! Trop facile.

Non, il n’existe pas de prophète. En revanche, il existe des mémoires courtes, et la nôtre accepte qu’on nous rebatte les oreilles des mêmes alertes d’un côté, et des mêmes bêtises de l’autre. Par conséquent, peu importe la date, ces textes de Bourdieu donnent autant à penser que s’ils avaient écrit hier.

Au passage, relire du Bourdieu à l’heure où on lui prête volontiers des croyances ineptes en des entités fantomatiques, ça permet de garder la tête froide, de ne pas tomber dans les travers snobs, qu’il dénonce d’ailleurs [et ça me fait jubiler, mais c’est tout personnel] dans son texte consacré à Sollers.

"Son originalité - parce qu'il en a une : il s'est fait le théoricien des vertus du reniement et de la trahison, renvoyant ainsi au dogmatisme, à l'archaïsme, voire au terrorisme, par un prodigieux renversement auto-justificateur, tous ceux qui refusent de se reconnaître dans le nouveau style libéré et revenu de tout." (p. 18)

Ce qu’il lui reproche ?

"Faire semblant d'être écrivain, ou philosophe, ou linguiste, ou tout cela à la fois, quand on n'est rien et qu'on ne sait rien de tout cela" (p. 16)

Ce qu’il reproche à Sollers en clair ? D’avoir usurpé sa place d’intellectuel, puis perverti la gauche et l’avoir détruite de l’intérieur en y distillant le cynisme stérile [et snob, la posture désabusée] et le nihilisme narcissique [hypocritement blasé] à la Cioran – ceux qui répètent que rien ne sert à rien, mais souhaitent tout de même être publiés et pensent valoir davantage que d’autres. Et par cet individualisme dissimulé, cet amour de la posture personnelle, il lui reproche d’avoir favorisé le néo-libéralisme.

Deux attitudes négatives possibles : se faire passer pour un revêche intellectuel tellement plus intelligent que la masse que rien ne le séduit [cf au-dessus]… sauf le cul   [parce qu’il faut avoir un sacré pb de gonzesse pour écrire un truc pareil… ou alors il demande à son « harem » de le traiter en bébé… ?]. Ou rentrer dans le rang, devenir un traitre à l' »esprit » de 68. Dans leur cynisme et leur lâcheté, les deux attitudes se valent.

"La réaction de panique rétrospective qu'a déterminée la crise de 68, révolution symbolique qui a secoué tous les petits porteurs de capital culturel, a créé (avec, en renfort, l'effondrement - inespéré ! - des régimes de type soviétique) les conditions favorables à la restauration culturelle aux termes de laquelle "la pensée" Science-Po" a remplacé la "pensée Mao".(p.15)

J’étais heureuse d’entendre des propos similaires chez Alain Badiou, jeudi 10 mai 2018, sur France Culture dans la Grande Table,

 "au nom de l'échec ou du fiasco du communisme étatique issu de la révolution de 1917, ils ont déclaré que cette orientation en générale était impossible."

Or l’ambition collective, le « mettre en commun », est une orientation qui s’oppose à l’individualisme. Organiser la vie en commun, c’est tout le programme de la politique, au sens propre du terme. Mais l’individu existe-t-il ? Pour vendre des choses à des individus qui nourrissent par cet avoir leur narcissisme, il est important que l’individu croit en sa propre existence… or :

 "la notion d'individu est tout à fait obscure […] aucun individu n'est en mesure de déchiffrer sa propre existence sans la médiation de l'autre, et sans la médiation des autres […] il parle une langue, c'est pas lui qui l'a inventée, il est dans une société, c'est pas lui qui l'a créée, il tombe amoureux de quelqu'un, c'est pas lui qui l'a choisi, etc. et donc l'individu se dilate nécessairement dans sa propre existence. La notion de l'atome individuel, et des atomes individuels consommateurs, salariés et concurrents, qui est quand même la vision générale du libéralisme, je la crois fausse, tout simplement, c'est une idéologie et il faut s'en débarrasser et la politique, je crois, sert à ça." (Alain Badiou)

Vous l’aurez compris, ce recueil de textes de Bourdieu est politiquement ancré et ne veut pas laisser croire que la droite et la gauche, bah c’est pareil. Ainsi distingue-t-il la « main gauche » de l’État (assistants sociaux, éducateurs, magistrats, profs et instits) de sa main droite (énarques banquiers, cabinets ministériels) (p.9) et dénonce le torpillage de cette main droite par ce qu’on appelle aujourd’hui les experts.

"Ce qui est en jeu, aujourd'hui, c'est la reconquête de la démocratie contre la technocratie : il faut en finir avec la tyrannie des "experts", style Banque mondiale ou FMI, qui imposent sans discussion les verdicts du nouveau Léviathan, "les marchés financiers", et qui n'entendent pas négocier, mais "expliquer". (p. 30 : Contre la destruction d'une civilisation, intervention en gare de Lyon, lors des grèves de décembre 1995)

Il décrit et dénonce le nouveau « mythe de la mondialisation », océan dans lequel l’individu se rattache à ses « choses » et nécessaire pour assoir un pouvoir. Le mythe de la mondialisation, ou plutôt la justification théorique des privilèges…

 "Max Weber disait que les dominants ont toujours besoin d'une "théodicée de leur privilège", ou, mieux, d'une sociodicée, c'est-à-dire d'une justification théorique du fait qu'ils sont privilégiés." donc du mythe de la mondialisation, qui permet de faire accepter ce que Bourdieu appelle "la philosophie de la compétence "selon laquelle ce sont les plus compétents qui gouvernent, et qui ont du travail, ce qui implique que ceux qui n'ont pas de travail, ne sont pas compétents. Il y a les winners et les losers, il y a la noblesse, ce que j'appelle la noblesse d'État, c'est-à-dire ces gens qui ont toutes les propriétés d'une noblesse au sens médiéval du terme et qui doivent leur autorité à l'éducation, c'est-à-dire, selon eux, à l'intelligence, conçue comme un don du Ciel, dont nous savons qu'en réalité elle est distribuée par la société, les inégalités d'intelligence étant des inégalités sociales. L'idéologie de la compétence convient très bien pour justifier une opposition qui ressemble un peu à celle des maîtres et des esclaves." (p49)
(Le mythe de la mondialisation et l'État social européen, Athènes 1996)
 "On donne [ainsi] en modèle aux travailleurs européens des pays où le salaire minimum n'existe pas, où le salaire minimum n'existe pas […] Et c'est au nom d'un tel modèle qu'on impose la flexibilité, autre mot-clé du libéralisme, c'est-à-dire le travail de nuit, le travail des week-ends, les heures de travail irrégulières, autant de choses inscrites de toute éternité dans les rêves patronaux. De façon générale, le néo-libéralisme fait revenir sous les dehors d'un message très chic et très moderne les plus vieilles idées du plus vieux patronat." (p. 39)

Très important de toujours se souvenir qu’il s’agit là, en effet, des plus vieilles idées du monde : le travail payé à la tâche… que faisions-nous de pire ? L’esclavage peut-être.

Alors on va me dire qu’il faudrait étudier davantage l’économie, et que d’ailleurs :

Le Prix Nobel d’économie Edmund Phelps a affirmé que l’inculture économique des Français coûtait au pays 1 point de PIB par an.

Moi, quand je lis ça, je n’en peux plus de rire. Comment a pu-t-on en arriver là ? Et calculer un tel délire ??

Si l’on peut faire de tels calculs, j’aimerais qu’on calcule également combien coûte l’inculture en général ! Celle qui permet de balayer Bourdieu d’un revers de la main en se disant « c’est obsolète, des vieilles idées« , celle qui fait oublier les acquis sociaux très récents du début du XXè (puisque les plus vieilles idées du monde ont près de 3000 ans ; il ne suffit pas d’écrire NÉO devant pour que le monde soit dupe…), celle que fabrique une école désavouée et désunie, percluse des bêtises à la mode des derniers pédagogues et qui produit des illettrés, mauvais en math, prompts à se faire avoir par n’importe quel médiocre vendeur, obsédés par l’AVOIR et prêts à laper n’importe quelle amertume pour l’AVOIR.

Le pire s’est déjà produit dans la politique puisque c’est à gauche que l’on voit fleurir la méfiance envers l’État et le mépris des services publics. Qui rêve de devenir fonctionnaire pour manifester sa solidarité avec l’ensemble des citoyens ?

"Dans une époque de crise de la confiance dans l'état et dans le bien public, on voyait fleurir deux choses : chez les dirigeants, la corruption, corrélative du déclin du respect de la chose publique, et chez les dominés, la religiosité personnelle, associée au désespoir concernant les recours temporels. De même, on a le sentiment, aujourd'hui, que le citoyen, se sentant rejeté à l'extérieur de l'État (qui, au fond, ne lui demande rien en dehors de contributions matérielles obligatoires, et surtout pas du dénouement, de l'enthousiasme), rejette l'État, le traitant comme une puissance étrangère qu'il utilise au mieux de ses intérêts." (p.12)

 

Serrez à gauche !

Évitez la gauche identitaire !

(Tant pis si vous êtes un chaton…)

 Travailleuses ! Travailleurs ! Peuple de gauche !

Ça vous faisait rire ? ça vous rappelle encore quelque chose ?

Nous, avec ma dulcinée, on s’est carrément rencontrés sur un site internet d’extrême gauche ! Sur fond d’Internationale ! C’est pour dire si on a le cœur rouge !

Et puis un matin, à force de « en même temps« , on a commencé à se demander si on pouvait encore se dire de gauche… J’ai toujours confondu ma droite et ma gauche il faut le dire, alors comme j’ai pris l’habitude de réfléchir à la main qui écrit, je vais tâcher de faire une petite mise au point, pour moi-même et peut-être pour vous…[1]

Le contexte d’origine de quelques sales gauchistes que nous fûmes / sommes encore (?)

A l’origine, je me disais de gauche pour désigner rapidement mon attachement à un ensemble de projets visant l’égalité du genre humain dans son intégralité devant l’accès aux droits et aux devoirs afférents. Qui que tu sois, tu AS (tu devrais avoir) les mêmes droits et les mêmes devoirs. Et la justice – créée selon l’appréciation de la communauté humaine du moment – doit être aveugle.

Parmi ces projets, il y avait également un espoir placé dans les progrès de la science – c’est-à-dire l’ensemble des connaissances non encore réfutées – dont l’un des rôles était à mes yeux de fournir les prémisses irréfutables – en tout cas non encore réfutées[2] – pour argumenter à la fois CONTRE les croyances imbéciles (racisme, sexisme, superstition, religions) et POUR une meilleure gestion des ressources, responsable et solidaire.

Bref, solidarité, égalité, science et laïcité (i.e. un espace commun où l’on aurait le droit à la fantaisie personnelle, après tout, dans la mesure où cela ne dérange personne…)

Je vais tâcher de montrer une partie des raisons qui morcellent, handicapent ou obèrent notre projet (ne pas rire) qui se trouve dès lors dévoyé, personnalisé, confondu… libre à vous de réagir.

Premiers émois face à l’égalitarisme (de gauche)

Un premier choc : les cercles de femmes non-mixtes et l’égalitarisme !

J’avais été invitée dans un cercle de féministes (de gauche), non-mixte, parce que j’avais osé m’insurger – gentiment, car je suis toujours polie et souriante 🙂 – contre ce procédé que je datais naïvement des calendes grecques et de leur gynécée : non-mixte… DONC ça veut dire « pas de mecs » !? Zut ! 🙁 Mais pourquoi pas de mecs ? Qu’a-t-on à dire qui nécessiterait une ambiance de secret ? Et pourquoi ce groupe, qui s’appelait, en toute simplicité, « Groupe Femmes« , souhaitait-il se regrouper entre femmes pour en réalité ne parler que d’une chose : des hommes ! Enfin pardon ! Des problèmes imputables aux hommes ! (oui les hommes ne sont pas réductibles à « une chose ») et de tout ce qu’ils font subir aux femmes au nom de leur sexe agressif !! Un « Groupe Femmes » interdit aux hommes, où on leur adresserait des reproches, comme à des divinités absentes et présentes à la fois. Je ne comprenais pas bien. On allait m’expliquer, on me proposait donc d’y aller !

Je n’ai rien compris, il faut le dire. En revanche, j’ai découvert une drôle de forme d’égalitarisme… aux forceps. Alors même que les hommes, objets de tous les opprobres, étaient absents et par conséquent, privés de droit de réponse, nous, les femmes, devions nous astreindre à un temps limité et considéré comme égal pour chacune d’entre nous. Ainsi, tour à tour, nous avons mesuré approximativement le temps de parole de nos camarade.e.s (ah ben oui dis, comment on fait pour dire que les camarades suscitées n’étaient que des femmes ?? Enfin pardon : qu’il n’y AVAIT QUE des femmes ?) et avons pris soin d’interroger coûte que coûte celles qui n’avaient rien à dire. Qui se ridiculisaient donc un peu en marmonnant un « je ne sais pas, je suis de la même opinion qu’une telle en fait… ahah 😀 » et de sourire gentiment, comme on nous l’a appris, nous la gente féminine bien élevée.

Moi qui parle sans arrêt et qui coupe la parole à tout le monde parce que ce que j’ai à dire est hyper important, tellement passionnant et instructif et essentiel, j’en suis partie extraordinairement frustrée ! Une dictature ! Tout ça pour que les femmes timides prennent l’habitude de s’exprimer en présence d’hommes…? Qui, dois-je le rappeler, étaient absents, parce qu’exclus. Moi, j’en avais mal au bide tellement je m’étais retenue ! Beaucoup souffert de me voir bridée dans la parole, moi qui n’ai justement aucun problème à couper la parole à tout le monde, femme, homme, gorille, chien, film, radio…

Un groupe de femmes où je ne pouvais pas m’exprimer librement… pour cause de temps de parole égal !??

C’est là que j’ai commencé à voir se dessiner un premier renversement : je ne suis pas si égocentrique, pas si dictateur que ça ?? (ah… on me dit à l’instant que si !) Je veux bien que tout le monde puisse s’exprimer ! Mais il y a une différence entre le droit pour tous de s’exprimer librement et l’obligation faite à tous de s’exprimer – obligation d’ailleurs impossible puisque, nous n’étions qu’un échantillon qui ne représentait ni toutes les femmes, ni tous les humains. Bref.

Je me rendais compte que l’enjeu n’était plus D’AVOIR une part égale mais D’ÊTRE une part égale. Or, si l’on peut mesurer l’avoir, comment mesurer l’être ? Voilà le jeu de piste sur lequel je me suis lancée alors…

Les croyances individuelles (« ça marche pour moi ») et les expériences personnelles

Dans le même temps, je découvrais par ma dulcinée un autre monde, celui des néo-ruraux, issus de la gauche hein ! bien sûr ! On fréquente pas n’importe qui quand même ! (alors on me demande de préciser qu’il s’agit des néo-ruraux issus de l’écologie prétendue radicale de Reporterre et Pierre Rabhi).

Moi qui croyais que les croyances stupides (enfin… celles dont on n’a aucune preuve scientifique, voire dont on a une preuve scientifique d’inefficacité…) avaient disparu, je découvrais que d’autres étranges objets d’adulation avaient fleuri… pendant que je m’énervais contre le voile, le carême ou les opus dei… La Mère Nature s’était dressée dans l’herbe et sur les plateaux ! Cette force surnaturelle, cette figure hypostasiée digne d’une caricature du pire de Bourdieu[3], une entité qui serait bienveillante, qui serait bien faite (hein ! la nature est bien faite quand même !) et qui pourrait même être reconnaissante ou vengeresse ! Ça me rappelait soudain certains auteurs du XVIIè qui expliquaient non sans rire que les moutons portaient la laine pour que l’on puisse se confectionner des pulls, nous qui n’avions point de pelure suffisante…[4]

C’est alors que je tombais à la renverse de Charybde en Scylla, de ma naïveté première dans une inquiétude grandissante. Un magnétiseur ? De la biodynamie ? L’homéopathie ?

Alors pourquoi pas… je n’ai rien contre les fantaisies personnelles, j’ai moi-même d’excellentes fantaisies personnelles… Et je n’ai rien contre les gens qui s’amusent à faire des messes noires ou des massages énergisants… mais quand ils se réunissent pour organiser la mise au pilori de la science, je m’inquiète.

Que s’est-il passé ? Pourquoi d’un coup, à gauche où la science devait nous sauver de l’obscurantisme – sur lequel, je le rappelle, les seigneurs s’appuyaient pour nous cravacher comme des tarés et grâce auquel ils nous expliquaient qu’on irait cuire en enfer si on ne bossait pas à en crever ! – pourquoi la gauche se détourne-t-elle de cet appui pourtant formidable, à portée universelle – la science est la même pour tous et partout sur la planète, c’est pas génial ça ? – au profit de petites croyances personnelles ?

Attention, je n’ai rien contre les croyances personnelles, j’ai moi-même d’excellentes croyances personnelles…

Possible que les grands groupes industriels aient tellement abusé des recherches, aient tellement corrompu certains de nos scientifiques que tous sont victimes d’anathèmes ou, du moins, fortement soupçonnés… Mais faut-il alors tout balancer à la poubelle ?

Et tout de même, si des humains scientifiques sont malhonnêtes, n’accusons pas la science – qui n’est personne (Contrairement à la nature ! ahahahah !) d’être malhonnête ! On dirait que tout le monde a oublié ce qu’est la science… ni bonne ni méchante, ni bienfaisante, ni malfaisante, elle n’est que théorie du monde objectivé, hypothèses sur les relations de cause à effet que l’on croit observer, vérification d’hypothèses, mise en place de protocoles qui permettent leur validation etc (cf l’excellent article de Virginie Tournay[5]). C’est ce qu’on fait de la science qui peut être néfaste. Restons vigilants[6]. Bref, rien de très magique… alors que s’est-il passé ?

Prenez un chewing-gum, Emile !

Moi, j’émets une hypothèse et me demande si le marketing, qui préfère mentir mille fois à mille personnes plutôt qu’une fois à mille personnes, s’est mis à s’adresser aux individus plutôt qu’aux humains. Pour servir le grand capital… pardon, pour que le marketing soit efficace, il semble nécessaire de casser un repère collectif aussi puissant que la science, tout en l’utilisant pour optimiser les produits et leur vente. Créons alors l’individu unique, flatté dans son ego jusqu’à se croire irremplaçable…[7]

Regardons un peu la publicité qu’on nous fait de notre ego. C’est notre personnalité formidable qu’on nous vend sans cesse. Chaque produit est un nouveau miroir. Il ne vous a pas échappé à quel point le marketing, parfois promoteur, est également suiveur… suiveur des dernières lubies à la mode. (Voilà venu le steak veggie de MacDo !!!… hein ? et moi en tant que carniste, j’aimerais manger de la salade de bœuf… )

Dès lors, beaucoup de choses peuvent s’expliquer… Mais laissons donc ma formidable personnalité tranquille et creusons plus loin dans l’égarement droite / gauche.

Les vilains privilégiés et la suite de l’égalitarisme

Je découvre alors par ma dulcinée une nouvelle théorie, qui confond encore davantage ÊTRE et AVOIR.

Comment s’appelle-t-elle ? La théorie des privilèges, qui consiste à examiner de quels privilèges vous êtes doté, dans votre vie, examen à partir duquel on pourrait… on pourrait quoi ? Demander de rétablir une grande égalité ? Une plus grande justice ? Ah je sens qu’on revient à l’égalitarisme du départ…

Cette théorie vous explique que si vous êtes un homme, blanc, grand, riche, hétérosexuel… ((ici un rapide topo historique)) vous êtes un privilégié. On vous accorde même des points ici pour estimer votre niveau de privilèges. Oui car on n’est pas un homme en réalité, dans cette nouvelle façon de voir les choses : on a le privilège d’être un homme. Et c’est bien différent.

Extrêmement gênant lorsque votre ami noir que vous admirez pour ses qualités intellectuelles et qui est plus riche et plus diplômé que vous, et que vous enviez peut-être un peu parce qu’il est beau et brillant, se voit affublé d’un score ridicule par rapport au vôtre. Un peu gênant… et c’est là qu’on se rend compte de l’effet pernicieux du truc, qui voudrait au départ mesurer les différences, premier pas vers l’élaboration d’un système de culpabilisation, débouchant idéalement sur un système de… compensation… !? De compensation, de quoi ?

Mais de quelle situation parle-t-on ? Parce qu’enfin, on n’est pas supérieur ou inférieur dans l’absolu ! Qui oserait sortir un truc aussi con ? Outre le fait qu’être un homme blanc n’est pas du tout un privilège en soi, n’est pas du tout un privilège absolu, il faudrait définir en quoi il demeure un privilège relatif : pour véritablement estimer le privilège que cela représente, on devrait effectuer des tests

dans toutes les situations sociales possibles sur cette planète où l’on est amené à faire un choix, où l’on est mis en concurrence… bref, faire un test scientifique avec un protocole pour prouver qu’être blanc et homme, c’est dans tous les cas de figure mieux qu’être noir et femme… de surcroît, je ne sais pas d’où viennent ces points attribués et sur quelle base ils sont calculés… Pas besoin d’en rajouter, regardez par exemple ce tableau et faites vous votre propre opinion.

Capacité d’étonnement au secours !

J’espère que vous avez conservé la capacité saine de vous étonner, et même à voix haute, et de dire « Mais WTF ? » J’espère également que tout le monde remarque l’effet pervers d’un tel calcul : cela nous conduit à penser que les privilèges auxquels auraient accès seuls les grands, hommes, blancs resteraient parfaitement inaccessibles aux autres. Cela, en fait, essentialise l’avoir… la maison ou la voiture que l’homme blanc grand a acheté n’est plus un avoir : il EST cette maison (ou cette voiture – dès lors, on comprend mieux que des imbéciles pas très beaux se sentent obligés de se maquiller avec d’énormes SUV bien plus rutilantes que leur petite personne.) Ce système parachève la grande confusion entamée entre être et avoir. Tellement happé par des préoccupations consuméristes, il pourrait même n’être plus rien sans son gros AVOIR.

Or justement, si l’on sépare d’un côté L’ÊTRE blanc, noir, grand, petit, femme, lesbienne… et de l’autre, L’AVOIR, en mettant au centre, accessible à tous le droit d’avoir et le devoir de faire, tout est plus clair. Non ?

Ça paraît simple, vu comme ça… mais en réalité, ça fait des millénaires que certains, de plus en plus nombreux, se battent pour que le droit soit L’AVOIR de tous, peu importe ce qu’il EST. On s’en fout en fait !

Le sexe et ses atours

Retour sur les féministes tirées par les cheveux et leurs pièges

Ah les féministes… dont je suis pourtant (mais c’est désormais comme une vaste famille où tout le monde se déteste on dirait), comme je suis de gauche… Ne revenons pas encore sur les polémiques MeToo et Balance ton porc.

Moi j’ai vu avec horreur fleurir les mots féminicide, manterrupting, manspreading… (Enfin je mens… en vrai, j’étais hilare). Si vous tuez votre femme, ce n’est pas parce que vous êtes un gros con lâche et violent, c’est parce que vous êtes un homme et qu’elle est une femme : c’est un féminicide. Si vous vous disputez avec elle, ce n’est pas parce que vous êtes un gros nul en communication, c’est parce que vous êtes misogyne. Si vous lui coupez la parole, c’est pas parce que vous êtes grossier, c’est du manterrupting. D’ailleurs, si vous êtes grossier et que vous ne savez pas vous tenir, si vous n’avez aucune conscience de votre corps et de la place qu’il prend, notamment dans les transports au commun, c’est du manspreading : vous le faites exprès parce que vous êtes un homme.

L’homme serait-il, par essence, un bourreau de femmes par misogynie intrinsèque ou un éternel gros con lâche et violent, nul en communication, grossier et qui n’a aucune conscience de son corps ? Je ne sais pas moi, je pose la question ? !

Mais revenons à l’éternel féminin (fake qui dure depuis une éternité…). Sur les plateaux télé, il faut désormais interroger les femmes à égalité car, par essence, la parole des femmes serait représentative d’une autre parole étiquetée féminine. Et dois-je poursuivre avec l’écriture inclusive dont j’ai déjà longuement parlé (Contre l’abus d’inclusivité dans l’écriture) : Si vous êtes une femme auteur, il faut aussi l’écrire « auteurE » et d’ailleurs… il existe même des sujets de thèse sur l’écriture féminine… Il y a vingt ans, quand j’ai découvert ça, j’étais déjà outrée! Je sentais que cela signifiait « il y a une pensée universelle, et au sein d’elle, il y a une pensée différente, féminine« . Ou encore : une femme ne peut pas penser autrement qu’en tant que femme. Une femme fait une science de femme, des récits de femme… Une femme est une femme avant d’être un humain ! C’est ce que je n’aime pas dans l’écriture inclusive. Que dirait-on si on étudiait l’écriture des gens noirs… ??? Le renvoi à une nature dite « féminine ». Moi, j’avais envie de faire une thèse sur l’écriture masculine, de chanter le mystère et l’éternel masculin. Malheureusement, je manquais de temps à perdre à l’époque (Alors que revoilà la sous-préfette… : Lire encore ça et ça)

Certain.e.s person.nes (ahahah) voudraient voir dans l’éternel féminin d’éternelles victimes (du patriarcat pour ne pas le nommer) et se présentent désormais à tout bout de champs comme des victimes, se drapant dès lors dans une nouvelle identité, un habit qui devrait attirer sur elles la commisération de tous les autres. Soit parce qu’elles (je parle des personnes hein !) s’en veulent d’être au fond tellement privilégiées (si t’es pas d’accord, c’est que tu n’as pas passé le test au-dessus, espèce de blanc riche et dominant…!) qu’il faut bien trouver des raisons de se plaindre, soit parce qu’elles n’assument pas du tout d’avoir fait un choix un peu bête ou d’avoir trop bu ou d’avoir manqué de répartie… bien sûr je ne parle pas des viols, qui sont des crimes. Je parle par exemple des relations sexuelles, dont, après coup, on n’est pas très fier (accord avec ON impersonnel), et qu’on regrette… alors on se demande si on était vraiment consentent.

Je crois qu’on devrait surtout se poser cette question passionnante du consentement quand on se précipite comme un débile sur le dernier I Phone hyper cher… était-on vraiment consent ? De faire cet achat polluant et qui n’apporte pas à grand chose, finalement…? Des victimes, oui, du marketing…

En regardant les débats qui fleurissent partout, et croyez-moi, j’en ai vu, d’abord parce que j’adore les débats, ensuite parce que j’adore les débats de femmes, parce que nous les femmes… nous le charme…

(à poil Juglio…) 

ensuite parce que, bizarrement, quand ça parle de femmes, je me sens concernéE. Je me suis demandée si je n’y retrouvais pas le même biais : sous couvert de recherche d’égalité, on assiste (encore) à un processus d’essentialisation. Qui êtes-vous ? Une femme. Et surtout et avant tout une femme. D’ailleurs, le marketing vous le répète : vous vend des crèmes de femmes, des vêtements de femmes, des chaussures de femmes… On ne cesse de vous le répéter sans cesse : vous êtes AVANT TOUT une femme. Mais moi, je ne sais pas vraiment ce qu’est être une femme, et je n’y pense pas toute la journée, à part quand je regarde dans ma culotte, mais je ne fais pas ça à longueur de temps.

Qu’est-ce que c’est être une femme ? Est-ce être un non-homme ? Est-ce que c’est être autre ? Le deuxième sexe ? Et les humains se divisent-ils en toute occasion en deux genres ?

Binaire et non-binaire

L’écriture inclusive me dérange avant toute chose parce qu’elle veut que je présente visiblement mon sexe AVANT (ou en même temps que – selon la formule jupitérienne) toute autre information, et trimballent dans son sac en –e toutes les représentations qui vont avec. Je suis écrivaine ? ça veut dire écrivain + femme. Ah bon ? ça vaut cocktail pertinent ? J’écris comme une femme, c’est ça ?

Alors loin de moi l’idée de nier des différences. J’ai moi-même d’excellentes différences personnelles. D’ailleurs, pour tout dire, le point de vue scientifique des études en biologie sur la question me laisse parfaitement tranquille. Quand je vois ici (TED Franck Ramus, à 8’48) ce que montre la science au sujet de nos différences, au lieu de râler, réjouissez-vous d’être des femmes.

Néanmoins, depuis longtemps, comme je parle de cul, comme je coupe la parole, comme j’ai une sexualité libérée, on me dit « mais toi t’es un vrai mec… » ah bon. J’encaisse. J’en apprends ainsi davantage sur la personne qui m’assène de tels jugements. OK : c’est ce que ça veut dire pour mon interlocuteur. Quand il me dit ça, il me dit « Pour moi, un vrai mec, c’est quelqu’un qui parle de cul, qui coupe la parole et a une sexualité libérée. »

J’ai toujours accueilli avec beaucoup de moqueries les remarques du genre « Oh tu as peur d’une araignée, tu es bien une fille ! » « Oh tu es une infidèle chronique, t’es un vrai (connard de) mec ! ». Cela m’a appris très tôt à quel point c’était ridicule et à quel point je ne voulais pas accorder d’importance à ces catégories simplistes.

 

Mais qu’est-ce qui me gêne là-dedans ? Je veux dire dans le fait qu’on me dise « T’es une fille, c’est pour ça que tu mets du rose. Mais quand tu dis des gros mots, t’es plutôt un mec. » Exactement la même chose que ce qui me gêne dans l’écriture inclusive : ça n’a aucun intérêt.

En fait, je ne me sens pas toujours « femme » ! C’est même assez souvent le dernier de mes soucis. Attention, je ne me sens pas homme pour autant ! Juste, je me fous de mon sexe la plupart du temps ! Je me sens femme quand on me complimente en tant que femme ou qu’on m’insulte en tant que femme – ce qui n’arrive pas très souvent – on ne me dit pas souvent « Pour une femme, tu es belle ! » ni même « Pour une femme, tu es assez stupide ». Je me sens femme – parfois – quand je fais l’amour avec un homme (un vrai hein…^^). Sorti de là, je n’y pense pas souvent.

Moi qui ai pu avoir des relations sexuelles avec des femmes (avec lesquelles je me sentais femme ou de sexe sans importance) ou avec des couples hétérosexuels (avec lesquels… pareil), je ne me sens pas vraiment appartenir à un genre… Et si ce sentiment de non appartenance permanente à un genre était justement celui en vertu duquel les humains se sentent tous ensemble concernés par la lutte pour obtenir l’égalité des droits pour TOUT LE MONDE ? Car bien avant de se sentir homme ou femme, ne nous sentons-nous pas surtout des êtres humains ?

Je ne me suis jamais sentie contrainte de correspondre à un genre. Je sais que j’ai le droit, à égalité avec les hommes, de porter des robes et du rouge à lèvre. C’est pas de ma faute si la grande majorité d’entre eux ne souhaite pas user de ce droit…^^

Et vous, vous êtes QUEER ?

C’est alors que ma dulcinée – décidément Muse Égérie – me montre encore une nouvelle théorie, une nouvelle façon de voir le monde, émanant des études de genre (gender studies) et provenant des États-Unis (ici le même rapide topo historique, au cas où vous l’auriez sauté !

)

Pour sortir de cet étroit carcan homme/femme, Mars/Vénus, ces théories proposent une multitude de genres possibles. Le principe est clair : il faut réussir à distinguer le sexe du genre. S’il n’existe que deux sexes en biologie – bon, bien sûr il y a les hermaphrodites, hein !? Mais on va rester simple – on pourrait tout de même se « sentir » homme alors même qu’on a un sexe de femme, et « femme » tandis qu’on a un sexe d’homme. Enfin… j’écris « qu’on A » : le verbe AVOIR est sûrement inopportun. Le « tandis que » implique aussi qu’il y a une opposition. Bref, ma formulation est maladroite. Elle est maladroite parce qu’elle dessine un monde binaire : certains se sentent tout autre chose… en réalité, le panel est énorme et je vous laisse le découvrir. (Merci FM 😉 Quand j’ai découvert ces théories, il m’a semblé qu’elles provenaient au départ d’une envie désespérée (et que je trouve juste !) de s’extirper de ce choix binaire : être homme ou être femme, puisque à l’option « être homme » correspondrait toute une série d’injonctions sociales et biologiques, tandis qu’à l’option « être femme » correspondrait… justement !? Quoi ? S’agit-il des injonctions sociales et biologiques inverses ? Opposées ? être une femme, est-ce avant tout ne pas être un homme ? Ou bien est-ce être tout autre chose ?

Pour brouiller les pistes, en outre, ces théories expliquent volontiers qu’il n’existe pas vraiment de fondements biologiques à l’être femme ou l’être homme. Chacun aurait le droit d’être ce qu’il veut… femme, homme le lendemain, chat, tigre…

Après tout, le changement, n’est-ce pas… Héraclite disait déjà, non pas le changement c’est maintenant… mais le changement, c’est tout le temps !!!

"Une seule chose est constante, permanente, c'est le changement".

Et moi ça me va bien !

Mais pour se définir « non-binaire », ou « gender fluid » – c’est-à-dire variablement homme, femme ou autre – ne doit-on pas justement s’appuyer sur une définition de base de ce qu’est une femme, un homme… ? Alors moi, j’aimerais savoir ce que c’est. Il me semble que pour se dire « non-binaire », il faut au contraire vraiment avoir intégré une sorte de binarité homme / femme, celle justement contre laquelle ces théories semblent lutter, et qui, à mon avis, n’a guère plus d’intérêt que « les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus », manuel de vie en commun pour les imbéciles qui auraient du mal à communiquer simplement.

Moi, personnellement, alors que je suis rousse et plutôt pulpeuse, à l’intérieur de moi, figurez-vous que je me sens plutôt blonde aux cheveux courts avec un corps androgyne et musclé. Bizarre non ? Mais après tout, beaucoup de brunes se sentent blondes… et se décolorent… beaucoup de gros se sentent minces et font des régimes… beaucoup se sentent bruns et sont bruns… certains se sentent blancs et sont noirs… certains ne pensent pas toute la journée à leur couleur de peau… certains sont des hommes et se sentent lesbiennes : c’est-à-dire qu’ils se sentent femmes et homosexuelles. En affinant un peu, on pourrait d’ailleurs tâcher de distinguer se sentir de se vouloir autre que ce à quoi notre apparence nous assigne, aux yeux des autres, dans les catégories sociales héritées par l’histoire. Certains, comme moi, se sentent légèrement autre, mais ont appris à s’accepter parce que finalement, leur apparence était aimée et désirée des autres. C’est plus facile. Je soutiens les autres dans leur lutte de se faire accepter tels qu’ils souhaitent être et je bénis la science de parfois pouvoir leur permettre de changer de sexe.

Finalement, je reprends ma question de départ : ne serait-ce pas justement en vertu de cette sensation plus ou moins forte de frontière artificielle entre les genres que la lutte pour une égalité des droits est possible ?

« Je me suis enfin sentie femme » ?

Bien sûr, nous sommes heureuses qu’aujourd’hui personne ne nous oblige à porter des robes – tandis que les hommes, eux, subissent encore une pression sociale importante qui les empêche d’en porter !! Nous pouvons jouer au foot comme à la barbie. Et nous devons faire taire ceux qui nous traitent de « garçon manqué » – cette immonde expression qui implique qu’un sexe serait comme l’autre, mais en raté – à coup de pelles, même si ce serait peu « féminin ».

Attention : si on vous dit homme et que vous vous sentez une femme au fond de vous, suffira-t-il de porter une robe pour l’être vraiment ? Je veux dire : avoir l’apparence d’une femme, c’est suffisant ?

Je persiste donc : je ne sais pas trop quoi mettre derrière « se sentir femme », par exemple. Et pourtant je suis une femme. Est-ce que le « se sentir femme » pour une femme est équivalent au « se sentir femme » pour un homme qui se sentirait une femme ? J’ouvre juste un débat, j’aimerais des réponses. Car j’ai bien peur qu’on revienne immanquablement sur les clichés liés aux deux sexes que justement ce phénomène ou ces théories queer cherchaient à évacuer. (ici une excellente critique) et pour en savoir plus sur les raisons biologiques du pourquoi éventuellement on pourrait se sentir comme ci ou comme ça)

1) Pourquoi deux sexes ?

D’abord, d’où ça vient cette partition du monde en deux ?

En réalité, ce serait une vraie révolution que de la mettre à bat ! Sachez que le monde divisé en deux l’est depuis fort longtemps. Je n’enfoncerai pas des portes ouvertes avec le yin et le yang, le lingam et yoni… et leur complétude devant l’éternel. Je parlerai plutôt des listes d’opposés (appelées sustoichiai) établies par nos ancêtres les grecs… qui opposaient invariablement le sec à l’humide, la droite à la gauche, le soleil à la lune, le blanc au noir… et je vous le donne Emile, l’homme à la femme !!

Bien sûr, l’opposition lumière vs ténèbres et bien vs mal bien plus ancienne et répandue sur la planète, est venue mettre son grain de sel. Et les valeurs morales avec… et devinez  de quel côté on a mis femme vs homme ? Et bien pas respectivement en tout cas. Or, c’est justement là qu’il faut lutter : le principe analogique qui remplace tout effort de rigueur intellectuelle et érige de façon illogique ou sophistique des valeurs…

Mais avant de vouloir briser ces colonnes d’opposés, il faudrait bien circonscrire l’utilité réelle de la partition binaire du monde, et bien la ramener à ce qu’elle est aujourd’hui : faire des prévisions économiques, marketing, évaluer combien auront besoin d’un gynécologue, combien de cancer du sein probables etc. Il est aussi probable qu’il n’y ait pas de volonté malfaisante d’un ordre supérieur quelconque… juste la simple nécessité d’équiper, de pourvoir correctement ou à peu près, de prédire peut-être les crèches etc.

Mais ce n’est pas gênant qu’il ait deux sexes ou 47… Admettons qu’il n’y ait que deux sexes et trente six mille genres (c’est quand même un peu ce que la science semble montrer, il y a majoritairement deux sexe) l’important c’est de ne pas attribuer à l’un ou l’autre, de valeur supérieure, de droits plus grands ou plus puissants.

C’est ce que Franck Ramus explique très clairement à la suite de cet article ici.

2) Le rejet

Le deuxième point, c’est le rejet. Bien entendu, comme je le disais, mon sentiment d’être androgyne, et le fait que je ne le sois pas du tout en apparence, ne m’a jamais causé aucun problème ni même aucun sentiment de rejet. C’est bien plus facile d’accepter son image quand les autres semblent l’apprécier. J’aurais pu non seulement me sentir autre, mais également haïr mon apparence et l’effet que je produis sur les autres. J’aurais pu aussi, indépendamment de tout cela, être frappée de paranoïa et penser que les autres me haïssent à cause de ce que je me sens. Il est fort probable que dévastée par un tel sentiment de rejet de la part des autres, une sourde colère aurait nourri ce projet d’aller inventer de nouvelles catégories. Car enfin, ne sont-ce pas de nouvelles cases dans lesquelles moi, par exemple, je ne me retrouve pas… mais je m’en moque.

C’est plutôt chouette de pouvoir se teindre les cheveux, suivre un régime ou changer de sexe. Et si d’un côté la société riche dans laquelle nous vivons peut prendre en compte comment vous vous sentez, d’un autre côté, elle peut même vous foutre la paix quant à la sexualité à la quelle vous aspirez – en sachant que ces deux paramètres peuvent varier au fil du temps… – c’est pas formidable ? C’est plutôt chouette de vivre dans un pays où votre sexualité peut être librement exprimée, assumée, vécue.

Mais au-delà de tout cela, n’est-ce pas simplement un problème de confusion entre ÊTRE et AVOIR, comme je le suggérais en haut? Car enfin, qui empêche qui d’être qui ? Personne ne peut vous empêcher d’être ce que vous êtes ! Et vous êtes les seuls à savoir ce que vous voulez être !

Demander le droit égal de porter des robes, des pantalons, du maquillage, des cheveux noirs ou un pénis. Le même droit pour tous… dans la limite de la science disponible – et défendue pour ce qu’elle est et ce qu’elle nous apporte… OK ! Et là, j’en profite pour rappeler que OUF la science est là pour aider ce qui souhaitent changer de sexe. (Et OUF la richesse est là aussi dans nos pays de privilégiés, mais j’y reviendrai…)

Bref. Les théories queer offrent une telle variété de choix d’être au monde qu’on a envie de dire : « bah oui ! Vous êtes en effet un être particulier ! Oui, en effet, vous êtes différent du voisin ! Personne n’a d’ailleurs jamais prétendu le contraire ! Mais va-t-on créer 9 milliards de cases pour que chacun ait la sienne ? Et surtout : pour quoi faire ? »

Avec l’émergence et la revendication de telles préoccupations personnelles – du genre, je me sens une licorne, je me sens un hobbit – on risque de perdre de vue le projet d’égalité des droits (et des devoirs).

Entendons-nous bien, je n’ai rien contre les préoccupations personnelles ! J’ai moi-même d’excellentes préoccupations personnelles…

Mais pour qu’une économie de marché fonctionne bien, il y a peut-être un grand intérêt à ce que d’une part les voix universalistes de la science soient fortement contestées, et que d’autres part, les voix individuelles de l’être, qui se revendiquent si fortement autre et ayant le droit d’être autre, aient besoin de consommer (du média, du cheveu bleu, du sexe pas pareil…) pour se sentir exister. Soit trimballer fièrement et customiser leur être si particulier.

Mais alors quels rapports avec droite / gauche ? J’y viens…

 

1) Identitarisme et droit au particularisme (le séparatisme…) versus universalisme

Alors voilà que les revendications de reconnaissance de particularismes, qu’ils soient sexuels, religieux, régionaux, culinaires… m’apparaissent comme autant de déclinaisons de l’identitarisme qui ne fascinait pourtant que la droite, en principe… L’universalisme est-il devenu ringard ? C’est ce que cet article excellent se demande.

 

2) DOXA versus LOGOS

C’est là qu’il faudrait rappeler les frontières qui ont pourtant bien été délimitées et définies il y a plus de 2000 ans, entre le terrain de l’épistémè et la doxa, la doxa étant l’opinion (personnelle, particulière, non scientifique), l’épistémè étant le terrain de la science, de ce qui a vocation à être partagé sur le plan universel. Faire la différence entre ce que je pense dans mon coin, ce à quoi j’aspire, mes rêves et mes fantaisies, et après tout, j’ai bien le droit de prier le père noël… et l’espace public, partageable, de la pensée à vocation objective, universelle. Le vieux rêve de la science en somme… en admettant que bien entendu, on se trompe sans cesse. L’histoire de la science nous apprend que des savoirs autrefois considérés comme irréfutables et universels (le Soleil tourne autour de la Terre qui est plate, en outre) sont aujourd’hui relégués au rang des vieilles lunes. La vocation universelle de la science ne pourra être remise en cause et taxée de « masculine, blanche et occidentale » que lorsque les femmes noires, par exemple, transportées en avion, en tomberont… ou que leur téléphone ne fonctionnera bizarrement pas dans leur main. (Ah… on me dit que c’est de la technologie, pas de la science… mais la technologie, c’est juste l’application concrète des théories scientifiques dans le monde réel. Leur vérification en quelque sorte.)

D’un côté la doxa, de l’autre, l’épistémè, ou le LOGOS, qui, parmi ses multiples sens, signifie aussi DISCOURS. Oui, pour parler ensemble, penser ensemble, il faudrait parvenir à distinguer et isoler en tant que telle la DOXA qu’on nourrit en nous.

3) Liberté versus égalité ?

Moi j’ai longtemps pensé qu’un être de droite croyait à la méritocratie et à la responsabilité individuelle, qui vont de pair : chacun a le sort qu’il mérite, ceux qui ont moins de chance n’ont qu’à faire des efforts pour s’en sortir. Un être de gauche croit plutôt que chacun subit un peu les conditions de son environnement. On peut essayer de pourvoir au moins la santé, l’éducation de qualité pour tous… pour compenser les inégalités de naissance et d’environnement.

Macron a dit à des enfants « La gauche lutte pour l’égalité, la droite pour la liberté ». Quelle blague soit dit en passant… la liberté de qui ? L’égalité de quoi ? En filigrane, on pourrait aisément penser : les mecs de gauche sont débiles de lutter pour que les humains soient égaux ! C’est impossible ! Et qui souhaiterait un monde uniforme ? Quant à la liberté… de quoi faire ? De nuire ? D’empoisonner ? D’exploiter ?

4) Libre arbitre vs Déterminisme

Alors finalement ? Bref. Être de gauche, ce serait par exemple commencer par accepter les blessures narcissiques successives que la science nous a infligées : nous ne sommes pas le centre de l’Univers, nous descendons du singe, nous ne maîtrisons pas nos pulsions… et il n’y a pas d’âme, mais une forme de déterminisme.

Toute la question est de parvenir à reconnaître l’existence du déterminisme (d’un point de vue scientifique) sans pour autant cesser de se battre pour des idéaux, plus de justice, d’égalité et de liberté (celle qui permet justement de se battre… par exemple, et qui n’aliène pas dans les carcans de groupe)

Attention, si les choses s’enchaînent telles qu’elles ne peuvent s’enchaîner autrement, cela ne signifie pas, ni qu’elles poursuivent un dessein quelconque, ni même que vous êtes prisonnier d’un destin. En effet, comme vous ne pourrez jamais mesurer – ni même connaître – l’ensemble des paramètres qui font de vous ce que vous êtes, calmez-vous ! Vous conserverez toujours l’illusion de choisir de porter une robe ou un pantalon. Mais sachons que la liberté dont se vantent certaines personnes, liberté-chérie grâce à laquelle ils se gargarisent et s’enorgueillissent d’avoir réussi, se baladent dans un gros SUV… cette liberté est une illusion.

Être de gauche pourrait donc revenir à choisir de lutter POUR – enfin, croire (et assumer la croyance ) qu’on choisit de lutter POUR :

– un partage des richesses et des ressources dans le cadre d’une gestion raisonnable (Res publica)

– une distribution équitable en fonction des besoins établis scientifiquement (et non en fonction des envies) (égalité)

– une égalité des droits et des devoirs indépendante de la diversité de base pour préserver – justement – cette diversité (liberté)

– un renvoi aux fantaisies et goûts personnels les croyances (en médecine comme en religion)

– une vocation universelle (Logos / Epistémè) qui empêche toute revendication communautaire ou identitaire…

 

Faites comme moi, fuyez la nouvelle gauche identitaire !

(Ah oui au fait, ma dulcinée, mon égérie, c’est un homme, un « vrai » ! Mais qu’est-ce donc ?)

 

 


 

 

 

[1] Donc il n’y aura pas trop de références à des maîtres à penser parce que… ni dieu ni maître, bordel ! 😀

[2] Selon la définition de Karl Popper « Tant qu’une théorie réfutable n’est pas réfutée, elle est dite « corroborée ». Pour Popper, la corroboration remplace la vérification. Le but est de s’approcher de connaissances aussi vraies que possible. Cette approche du vrai ou  » vérissimilitude » remplace la Vérité absolue. » (https://philosciences.com/Pss/philosophie-et-science/methode-scientifique-paradigme-scientifique/112-karl-popper-et-les-criteres-de-la-scientificite)

[3] Pour Bourdieu, tellement caricaturé qu’on en vient à se méfier, cf Le Danger sociologique.

[4] C’est la version champêtre de la téléologie selon Leibniz, pourtant réfutée depuis des siècles…

[5] HuffPost du 25 février : https://www.huffingtonpost.fr/virginie-tournay/ne-nous-reposons-pas-sur-nos-lauriers-en-france-la-culture-scientifique-est-a-reconquerir_a_23369215/

[6] Pour contrebalancer, je renvoie aussi à cet excellente interview de Frédéric Lordon où, à l’occasion de la présentation de son livre Capitalisme, désir et servitude. il explique à quel niveau il peut être censé, aussi, de se méfier de la science… je pourrais aussi renvoyer à ma thèse sur l’idéologie dans les discours scientifiques (et en mathématique en particulier, et depuis l’antiquité en sus, mais ce serait beaucoup trop long, et il faut attendre qu’elle soit publiée… et en outre, j’aime bien Lordon 😉 https://www.youtube.com/watch?v=u_CgyMe6Qd4&t=1232s

[7] Cette hypothèse me vient de l’Ere du vide, de Lipovetsky, que j’ai eu la chance de lire très jeune et qui m’a continuellement marquée

[8] Allez passer le test sur http://www.checkmyprivilege.com

[9] http://knowyourmeme.com/memes/check-your-privilege

[10] D’ailleurs, on comprend mieux dès lors que des imbéciles pas très beaux se sentent obligés de se maquiller avec d’énormes SUV bien plus rutilantes que leur petite personne.

[11] J’auto-promeus mes propres articles…

[12] Le cerveau a-t-il un sexe, Franck Ramus : https://www.youtube.com/watch?v=jXUS0MRcFWM

[13] https://fr.wikipedia.org/wiki/Théorie_queer et pour aller plus loin http://interligne.co/faq/que-signifie-le-terme-allosexuel-queer/

[14] Voici un excellent article : https://rebellyon.info/Critique-du-genre-et-de-la-theorie

[15] Et pour en savoir plus sur les raisons biologiques sur pourquoi éventuellement on pourrait se sentir comme ci ou comme ça : La tronche en biais : Biologie et orientation sexuelle. https://www.youtube.com/watch?v=h6L7-7zLgkg

[16] Voici un très bon article : http://www.scilogs.fr/ramus-meninges/ecueils-debat-differences-cognitives-cerebrales-sexes

[17] https://usbeketrica.com/article/universel-est-il-ringard

[18] Il faudrait approfondir, ensemble (j’adore le collectif) les points bien précis suivants :

* être libéral et croire au libre arbitre (Max Weber / le mérite et le protestantisme)

* être anti-libéral mais responsable : est-ce possible ? (déterminisme)

* être anti-libéral et libre : est-ce possible ?

 

Homo Sapiens, une brève histoire de l’humanité

Voici le livre à lire de toute urgence !

D’abord, parce qu’il aborde l’humanité de ses débuts à aujourd’hui, adoptant d’emblée une vision du monde en la dépouillant de certaines croyances qui emprisonnent ou aveuglent, croyances dont la définition – large – sera développée tout le long.

« Il y a environ 13,5 milliards d’années, la matière, l’énergie, le temps et l’espace apparaissaient […] Voici près de 70 000 ans, des organismes appartenant à l’espèce Homo Sapiens commencèrent à former des structures encore plus élaborées : les cultures. Le développement ultérieur de ces cultures humaines est ce qu’on appelle l’histoire. »

Avec beaucoup d’ironie, de petites histoires et d’analogies particulièrement stimulantes, percutantes et pertinentes, l’auteur nous raconte cette histoire qui conduit cet « animal insignifiant » à Frankenstein…

Son point de vue sur la Révolution agricole puis la Révolution scientifique présente des pistes d’explications et d’interrogations sur les étapes de la formation de cette humanité dont nous faisons partie aujourd’hui et qui passe par son unification, probablement nécessaire à sa survie. Il retrace ce que l’anthropologie est en mesure d’expliquer sur ce qui nous a conduit jusqu’à aujourd’hui en passant par des détours anecdotiques jubilatoires.

La théorie du commérage (p.35), la nécessité de mentir ou de parler de choses qui n’existent pas, par exemple, pourraient expliquer le développement du Langage.

« Le secret réside probablement dans l’apparition de la fiction. De grands nombres d’inconnus peuvent coopérer avec succès en croyant à des mythes communs. »

En passant par l’histoire de Peugeot – ou plutôt le mythe Peugeot revisité, l’auteur explique comment les humains se sont réunis en communauté autour de leurs amis, ennemis imaginaires et inventions…

« Pourtant, aucune de ces choses n’existe hors des histoires que les gens inventent et se racontent les uns aux autres. Il n’y a pas de dieux dans l’univers, pas de nations, pas d’argent, pas de droits de l’homme, ni lois ni justice hors de l’imagination commune des êtres humains. » (p. 40)

C’est l’histoire que nous raconte cet auteur. Mais il précise qu’une réalité imaginaire n’est pas un mensonge et elle existe bel et bien :

« Personne ne mentait quand, en 2011, les Nations unies exigèrent du gouvernement libyen qu’il respecte les droits de l’homme de ses concitoyens, alors même que les Nations unies, la Libye et les droits de l’homme sont des fictions nées de notre imagination fertile. » (p. 45)

Poursuivant ce fil directeur, vous y trouverez de belles explications sur le passage d’une société de fourrage à l’agriculture et le lien avec les problèmes d’obésité que certains rencontrent aujourd’hui. Le « gène de la goinfrerie » (p. 56) aurait guidé nos instincts durant 60 000 ans : un arbre gorgé de fruits doit être rapidement englouti par la tribu avant d’être englouti par une bande de macaques concurrente. Alors aujourd’hui, comment pourrait-on se débarrasser de 60 000 ans de goinfrerie lorsque nous nous retrouvons plantés dans un supermarché surabondant ?

Vous y apprendrez comment l’humanité peut se qualifier de serial killer écologique… avant la révolution agricole, l’homo sapiens avait déjà causé la disparition de la très grande majorité des espèces de sa planète.

À propos de cette Révolution agricole, qualifiée par l’auteur de « la plus grande escroquerie de l’histoire », vous nuancerez ou changerez peut-être votre point de vue : Les fourrageurs disparaissent… « Tout changea voici environ 10 000 ans, quand les Sapiens se mirent à consacrer la quasi-totalité de leur temps et de leurs efforts à manipuler la vie d’un petit nombre d’espèces animales et végétales. De l’aurore au crépuscule, ils se mirent à semer des graines, à arroser les plantes, à arracher les mauvaises herbes et à conduire des troupeaux vers des pâturages de choix. Un travail qui, dans leur idée, devait leur assurer plus de fruits, de grains et de viande. »

En réalité, la mortalité augmente. Mais elle est compensée par un grand essor de la natalité. Naquit avec la révolution agricole l’illusion de la propriété (le blé nécessite du travail et il se stocke, donc il peut être volé), mais également la croyance selon laquelle, plus tu travailles, plus tu as, et donc, plus tu es heureux. Les sapiens deviennent esclaves de cette croyance.

A la faveur d’une telle croyance, ce sont des élites autoproclamées qui s’autorisent à ne pas travailler la terre.

« Jusqu’à la fin des Temps modernes, plus de 90% des hommes étaient des paysans qui se levaient chaque matin pour cultiver la terre à la sueur de leur front. L’excédent produit nourrissait l’infime minorité de l’élite qui remplit les livres de l’histoire : rois, officiels, soldats, prêtres, artistes et penseurs. L’histoire est une chose que fort peu de gens ont faite pendant que tous les autres labouraient les champs et portaient des seaux d’eau. » (p. 129)

Cette élite ne peut émerger qu’à condition que les humains constituent une communauté de croyants volontaires. Diogène qui ne voulait que la lumière du soleil passe pour un original : les cyniques ne bâtissent pas d’empire. Pour les autres,

« Comment amener les gens à croire à un ordre imaginaire comme le christianisme, la démocratie ou le capitalisme ? Premièrement, vous ne voulez pas admettre que l’ordre est imaginaire. Vous protestez toujours que l’ordre qui soutient la société est une réalité objective créée par les grands dieux ou les lois de la nature. Les gens sont inégaux : non parce qu’Hammurabi l’a dit, mais parce qu’Enlil et Marduk l’ont décrété. Les gens sont égaux : ce n’est pas Thomas Jefferson qui l’a it, mais Dieu qui les a créés ainsi. Le marché est le meilleur système économique : ce n’est pas Adam Smith qui l’a dit, ce sont les lois immuables de la nature. » (p. 140)

Pourquoi ? Parce que l’ordre imaginaire est incorporé au monde matériel, parce qu’il façonne nos désirs – nous ne sommes pas libres de désirer ce que nous désirons, parce que cet ordre imaginaire est intersubjectif (ou collectivement subjectif). (pp. 141-146) Et malgré toute cette imagination, l’histoire montre qu’il n’y a pas de justice, pas même de progrès vers la justice (pp. 163-191). En effet, ceux qui se conforment à l’ordre imaginaire ne sont pas nécessairement récompensés.

Pour finir, des ordres imaginaires qui nous gouvernent, le credo capitaliste est le dernier en date et aujourd’hui le plus puissant. L’auteur en démonte les mécanismes profonds.

« La croyance du capitalisme en une croissance économique perpétuelle va contre tout ce que nous savons ou presque de l’univers. Ce serait pure folie pour une société de loups que de croire que l’offre de moutons ne cessera de croître. » (p. 369) … et pourtant… « En 1500, la production mondiale de biens et de services se situait autour de 250 milliards de dollars ; aujourd’hui, elle tourne autour de 60 billions de dollars. » (p. 357) Malheureusement, sans doute à cause du gène de la goinfrerie, cet excédent n’est pas redistribué…

Au détour de cette lecture instructive, notamment au sujet des rapports entre l’impérialisme et le capitalisme, vous apprendrez quelques petites anecdotes amusantes, par exemple :

« La première fois qu’ils arrivèrent [Les Espagnols] au Mexique, des indigènes porteurs de brûleurs d’encens furent chargés de les accompagner dans tous leurs déplacements. Les Espagnols crurent à une marque d’honneur divin. Nous savons par des sources indigènes que les autochtones trouvaient insupportable l’odeur des nouveaux venus. » (p. 343)

Ou encore, la légende (ou l’histoire vraie ?) selon laquelle Amstrong et Aldrin, en 1969 s’apprêtaient à mettre un pied sur la Lune, un indigène américain leur aurait confié un message à transmettre aux esprits de notre satellite… Amstrong et Aldrin ne comprenaient pas cette langue tribale et apprirent par cœur le message sans en saisir le sens. A leur retour, la tâche dûment effectuée, ils firent traduire le fameux message qui disait : « Ne croyez pas un seul mot de ce qu’ils vous racontent. Ils sont venus voler vos terres. » (p. 335)

Alors, chers amis, lisez ce livre !!!!!!

Le cerveau a-t-il un sexe ?

 

Neurobiologiste et directrice de recherche à l’institut Pasteur, Catherine Vidal 9782746506251est en guerre contre les stéréotypes véhiculés ces dernières années dans les médias et la télévision : « I faut désintoxiquer les gens de la bêtise ambiante ! » Il faut le savoir, et la neurobiologiste le crie haut et fort : la totalité des arguments cités plus haut*, et repris en boucle dans les médias, sont réfutés depuis longtemps… par la science.

La théorie du corps calleux de 1982 ? (tu mourras moins bête 😉 Invalidée en 1997 par une enquête sur deux mille personnes qui ne montre aucune différence entre hommes et femmes. La femme serait la plus douée pour parler ? Une gigantesque étude menée en 2004 n’a révélé aucune différence entre les sexes concernant les capacités dans ce domaine. la théorie des hémisphères gauche (langage) et droit (représentation spatiale) ? Lancée dans les années 70, avant l’IRM, en pleine mode du yin et du yang, elle est complètement dépassée : l’imagerie cérébrale montre que les deux hémisphères fonctionnent en permanence en interaction, chez les deux sexes. La testostérone rend les hommes agressifs, et l’œstrogène, les femmes émotives et sociables ? Les récents progrès des neurosciences prouvent que l’être humain échappe à la loi des hormones : son cortex surdéveloppé, siège des fonctions cognitives les plus élaborées (langage, conscience, imagination…), n’est guère réceptif aux fluctuations hormonales, contrairement à celui des animaux. La préhistoire et ses atavismes ? Nous n’avons aucune trace de la répartition des tâches chez l’homme préhistorique. Le stéréotype de l’homme chasseur et de la femme au foyer est hérité du XIXè. Claudine Cohen a bien expliqué comment les imaginatifs scientifiques de l’époque ont calqué leur vision de la cellule familiale conservatrice du XIXè sur la préhistoire, et combien ces représentations persistent aujourd’hui.

« Les auteurs des livres qui véhiculent ces clichés ne font pas forcément volontairement de la désinformation, dit la neurobiologiste. Nous baignons dans une culture où le rôle des uns et des autres restent bien différents, marqués. Il y a les métiers d’hommes et de femmes. Inconsciemment, c’est intégré par chacun. Il faut faire un effort intellectuel pour penser autrement ». Les travaux des anthropologues Françoise Héritier en Afrique et Maurice Godelier en Nouvelle-Guinée ont pourtant montré qu’il existe une grande diversité dans la répartition des tâches selon les sociétés. Dans certaines tribus africaines, ce sont les femmes qui marchent des kilomètres tous les jours pour la cueillette et assurent les deux tiers de l’alimentation du groupe. Le mythe de l’homme des cavernes en prend un coup (de gourdin).

Malgré tout, les hommes et les femmes ont bien un cerveau différent. Le sexe génétique de l’embryon (XX et XY) induit la formation des organes sexuels. des hormones sexuelles différentes vont ainsi imprégner le cerveau et influencer la formation des neurones. Mais cela concerne uniquement la reproduction : « Pour tout le reste, toutes les différences de comprotement entre les hommes et es femmes sont essentiellement dues à la société, à la culture et à l’éducation. Pas aux hormones, ni aux gènes » explique Catherine Vidal.

Mais alors, comment expliquer que les chasseurs de gènes, ceux de l’amour romantique, de l’intuition féminine et des préférences sexuels parviennent à faire publier leurs recherches fumeuses dans les meilleures revues scientifiques ? Pour celles-ci, c’est l’assurance de retombées médiatiques. En 1999, une étude sur le « gène » de la fidélité conjugale publiée par l’hebdomadaire Nature défraya la chronique. Il y a aussi les arrières-pensées idéologiques. Nombreux aux États-Unis, présents dans les milieux néoconservateurs, ces chercheurs déterministes estiment que tout est joué à l’avance : les capacités, les défauts, les appétences, la morale. Les méchants naissent méchants. Les hommes incapables de trouver le beurre dans le réfrigérateur. Risque majeur du déterminisme : légitimer l’ordre social par l’ordre naturel. « Les femmes sont nulles en math », lançait peu ou prou Lawrence Summers, le directeur de Harvard, en 2005. Ce fut un tollé : il dut démissionner. Sa pique aura provoqué une nouvelle étude pour faire le point sur la question. Le rapport en a été publié en septembre 2006. Ses conclusions ? ‘Les études sur la structure du cerveau […] ne montre pas de différences entre les sexes qui pourraient expliquer la sous-représentation des femmes dans les professions scientifiques […] : cette situation est le résultat de facteurs individuels, sociaux et culturels. » Ouf !

Alors, hommes, femmes, tous pareils ? Non, tous différents. « Grâce aux nouvelles techniques d’imagerie cérébrale, on sait que la variabilité individuelle l’emporte sur la variabilité entre les sexes. » explique Catherine Vidal. c’est la grande découverte de ces dernières années : la plasticité du cerveau. Avec sa centaine de milliards de neurones plongés dans un bouillonnement électrique permanent, son million de milliards de synapses, il conserve nombre de ses secrets et continue d’alimenter les fantasmes. mais on est sûr d’une chose : il évolue du beceau jusqu’au cercueil. Le bébé naît avec tous ses neurones, mais 90% de ses connexions se feront dans les vingt années après sa naissance. Si les zones qui commandent la main gauche d’un violoniste professionnel ou celles de l’orientation dans l’espace d’un chauffeur de taxi sont surdéveloppées, difficile de l’imputer à un gène. l’expérience forge ce qui bourdonne sous nos fronts. Un jeune garçon sera mis très tôt sur un terrain de foot. Il développera son sens de l’orientation spatiale. Une petite fille habituée à rester à la maison dans une sphère consacrée à l’échange parlera plus vite. Dès sa prime enfance, l’être humain est inconsciemment imprégné d’un schéma identitaire auquel il doit se conformer pour être accepté par le groupe. On ne dit pas à une fille « Que tu es costaude !! », ni à un petit garçon « Que tu es joli ! ».

En définitive, on peut se demander pourquoi des homo sapiens aussi évolués que nous peuvent bien se ruer sur ces best-sellers qui expliquent nos comportements par une biologie de bazar : « Le succès de ces théories tient au fait qu’elles sont rassurantes, répond la neurobiologiste. Elles nous donnent l’illusion de nous comprendre et de nous sentir moins responsable de nos actes, de nos lacunes. »

Il sera plus difficile d’admettre que, non, monsieur, vous n’aurez plus d’excuses pour le beurre dans le frigo ; non, madame, plus d’excuses pour ces satanés créneaux ! Le cerveau évolue : entraînez-le !

TeleramaNicolas Delasalle, journaliste à Télérama, Extrait Télérama, Février 2007 p. 18

* Plus haut, l’article faisait l’inventaire des clichés du style : l’homme bénéficie d’une meilleure capacité d’orientation dans l’espace, la femme est meilleure diplomate, est plus douée pour communiquer. L’homme est désordonné et perd ses affaires : la femme aime que les objets soient rangés, elle est mieux organisée. les hommes conduisent trop vite, les femmes assez mal… etc.

Question subsidiaire : Le sexe a-t-il un cerveau ?

La vérité sous le voile

Plus Homo sapiens tu meurs… Homo sapiens que nous sommes, toujours motivés par le goût d’en voir plus et d’en savoir plus, toujours motivés par l’envie d’avoir raison et de convaincre… bonjour !

Je souhaite répondre ici à certains arguments qui ont défendu le port du voile et sa compatibilité avec le combat féministe en occident. Et je pèse mes mots : en occident. Car, nous le savons, dans d’autres pays, être féministe revient à se battre pour travailler, hériter et voter – alors à ce stade, peu importe voile ou pas voile. D’ailleurs, nos arrière-grands-mères portaient des espèces de fichues et ne sortaient jamais en cheveux ! Il faudrait donc admettre la prééminence du hic et nunc, c’est-à-dire, que les événements sont constituants d’une époque et d’un lieu, et qu’ils sont tout à fait contextuels. Parce qu’en effet, il s’agit bien d’une histoire d »occident. Et il s’agit bien du port du voile en occident.

Le premier argument en faveur du port du voile que je souhaite remettre en cause est celui qui consiste à dire, pour le défendre, qu’il n’est pas une obligation prônée par le Coran et qu’il provient même de la tradition chrétienne. Le second argument en faveur du port du voile explique qu’il est une manifestation de la pudeur… Le troisième enfin invoque la laïcité et le droit de porter ce qu’on souhaite sans être inquiété.

Je prends ici le parti de laisser les lecteurs prendre connaissance (ou revoir) certains faits pour se forger une opinion.

J’aimerais donc rappeler que lorsque les grecs conquirent le bassin méditerranéen (vers le 2ème millénaire avant JC et un peu après), certains se heurtèrent à des civilisations où les déesses et les prêtresses étaient des femmes (cf. A l’origine, des femmes déesses), voire les politiques étaient des reines (comme en Afrique du nord) . Que par la suite, une fois installée l’hégémonie grecque depuis des siècles, la démocratie grecque du IVè avant JC maintenait tout de même les femmes avec les esclaves et les enfants loin du droit de vote et de préférence au gynécée dont elles ne sortaient que couvertes. Que le pater familias romain, quelques siècles plus tard, avait droit de vie et de mort sur sa femme et ses enfants. Que dès cette époque, la femme n’a pas d’autre alternative que épouse et mère ou jeune fille vierge (cf Les femmes et le sexe dans la Rome Antique, Virginie Girod, chez Taillandier). Que, dans un contexte aussi contraignant, le message de Jésus a fait beaucoup d’émules parmi les femmes puisqu’il enseignait que les deux âmes sont égales devant dieu. C’était donc un petit progrès pour les femmes. Pour cette raison, les pères de l’Église, ceux qui ont transformé, revu et corrigé le message de Jésus pendant des siècles, sont revenus là-dessus et ont laissé s’exprimer une haine ou une peur des femmes (cf La cité des dames, de Christine de Pizan (stock/MoyenAge) pourtant chrétienne, qui en fait une belle synthèse allégorique), sentiments misogynes hérités de siècles de domination gréco-romaine. Que le Coran, à son tour, a proposé quelques améliorations du sort des femmes mais que certains hommes (des machos misogynes) se sont arrogés le message divin pour finalement revenir à leur obsession : faire taire les femmes.

On constate donc que chez une grande partie des hommes qui accédèrent au pouvoir, et ce depuis des siècles et indépendamment de toute religion, on trouve une peur ancestrale des femmes et la volonté de les faire taire (éliminer 50% des candidats pour un poste, qui n’en rêve pas ?), de les soumettre (il faut se reproduire, qui mieux que leur égale pour s’occuper de la descendance ?), de les cacher (pour qu’elles ne nourrissent pas en leur sein l’enfant d’un autre mâle !!). Certains exigent d’elles depuis au moins 4 millénaires d’être discrètes et de ne pas parler plus fort que leurs hommes, de les aider, de les soutenir, de les regarder avec amour et admiration, certains exigent qu’elles n’attisent pas le désir des autres hommes, par respect pour l’honneur de l’homme, pour l’honneur de la famille. Discrétion, modestie, pudeur. Voilà ce que certains hommes demandent des femmes depuis des centaines d’année, et voilà exactement ce contre quoi les féministes se soulèvent depuis un peu plus d’un siècle… depuis plus longtemps en vérité, depuis le début très certainement.

Oh cela ne concerne pas tous les hommes !! Beaucoup n’ont pas peur des femmes. Beaucoup préfèrent même les voir nues. Parce que faire l’amour, c’est beau et c’est bien, contrairement à ce que d’autres misogynes ont répété aux femmes pendant des siècles, dès fois qu’elles auraient plus de plaisir ou qu’elles en auraient avec d’autres !!

Comment les misogynes ont-ils lutté contre les femmes, pendant des siècles et partout et encore, femmes qui, malgré tout, sont des humains comme les autres et ont beaucoup souffert de ces pressions ? et se sont déjà beaucoup révoltées (L’Assemblée des femmes, Aristophane – Les femmes savantes, Molière) ! C’est très simple, il faut que l’idée vienne d’elles mêmes !! Il suffit de leur expliquer qu’elles sont plus désirables lorsqu’elles sont discrètes, modestes et pudiques ; qu’elles sont aussi plus respectables, qu’elles ne seront point agressées (faux : les femmes voilées subissent tout autant d’agression que les autres, cf le film Les femmes du bus 678, 2010) ; qu’elles remplissent à la perfection leur rôle d’épouse et de mère et que cela est très important pour être une femme accomplie et épanouie.

Et les hommes (les petits mâles macho et misogynes) s’y mettent à plusieurs, par delà les siècle et les frontières : ils vont de l’homme politique qui caquète à l’assemblée nationale française, au législateur musulman qui explique que chacune a le droit de porter ou non le voile, c’est-à-dire d’être pudique ou impudique… en passant par certains philosophes (que pourtant j’admire, mais qui devaient avoir quelques problèmes psychologiques malgré tout : Aristote, Nietzsche « la femme a la profondeur d’une assiette »), en passant par le patron qui rémunère un peu moins cette employée parce que c’est une femme et sans oublier le créateur de mode qui fait défiler des femmes squelettes, ô combien discrètes !

Les féministes en occident se battent contre cela et tâchent de rester vigilantes aujourd’hui encore contre toute atteinte à leur droit, contre tout ce qui commence par « parce que tu es une femme, tu dois…« , contre tout l’essentialisme sexuel (cf Âmes et corps, de Nancy Huston, chez Babel).

Comment, dans ce cas, ne pas être profondément gênée par le port du voile ? non pas parce que c’est musulman (puisque ce n’est pas l’apanage de l’islam cf. Le voile démasqué de Moulay-Bachir BELQAÏD, chez ErickBonnier), non pas parce que c’est leur dieu qui l’a dit et que je suis athée (en effet, peu de femmes musulmanes portent le voile parce qu’elles se prennent pour Jeanne d’Arc et entendent les voix du seigneur), mais tout simplement parce qu’il répond aux attentes du plus médiocre des misogynes : sois discrète, modeste et pudique.

A propos de cette pudeur, mot à mon sens ici dévoyé :  la norme provient d’une moyenne consentie entre plusieurs pratiques diverses et variées : si tout le monde porte du noir, la norme sera de porter du noir. La norme, c’est la majorité. C’est stupide, mais c’est ainsi. Quand une femme porte une jupe qui laisse voir le bas de sa culotte, on ne lui lance pas des pierres, mais on se regarde d’un air entendu : « c’est un peu court non ? » Si un homme dînait torse nu dans un restaurant, on lui demanderait bien de couvrir ce sein que l’on ne saurait voir. C’est ainsi, c’est la norme. Quand une femme se voile en expliquant que c’est par pudeur, elle envoie aux autres femmes le message qu’elles ne sont pas pudiques. Elle fait pencher la norme vers plus de vêtements = plus de pudeur. Or, d’abord, est-ce que la pudeur est seulement une histoire de vêtements ? Les esquimaux sont-ils plus pudiques que les aborigènes ? enfin, est-ce que j’ai envie que l’on finisse par me trouver impudique en décolleté et cheveux dénoués ? non.

Comment, dans ce cas, ne pas interpréter le voile comme une trahison de femmes à femmes ?

Puis je finirai par ce trait constitutif de la civilisation occidentale et qui nous vient des grecs, comme beaucoup de nos traits psychologiques (y compris misogynes) : la vérité se dit en grec a-lêtheia, soit « sans-voile » parce que pour les grecs de l’antiquité archaïque, la vérité, c’est ce qui est découvert et se montre, se voit. Ce sont les yeux qui permettent de distinguer le vrai du faux. Je ne dis pas que c’est bien, que c’est juste, que c’est mieux. Je dis juste que c’est ainsi que nous sommes construits. Mais il y a pire, lêtheia provient de la même racine que Léthée, vous savez, ce fleuve des Enfers qui apporte l’Oubli. Vous êtes morts, on vous couvre de la tête au pied, on vous oublie dans le fleuve du Léthée.

Alors sachant tout cela, bien entendu, loin de moi de prôner l’interdiction du voile en public !! Chacun fait ce qu’il veut, encore heureux ! Mais il faut que chacune sache ce qu’elle porte sur elle quand elle porte un tel symbole en occident et dans une société où le féminisme a cette histoire et cette représentation du voile. Tout le monde porte sur soi des signes distinctifs, tatouage, crête, tee shirt et marques de vêtements hyper visibles ; moi-même, j’ai les cheveux rouges. Tout le monde envoie à son insu ou volontairement des signes qui renseignent sur ce qu’il est !

Bref, il me semble peu envisageable d’être hic et nunc féministe tout en satisfaisant les attentes de la misogynie ancestrale (pas forcément musulmane donc) qui veut que les femmes soient discrètes, modestes et « pudiques ».

Ne confondons pas « pudeur » et quantité de vêtements !

Si l’on revendique la liberté d’afficher sur des vêtements des convictions (idées ou croyances ou goûts !), on ne peut pas refuser à ceux auxquels pourtant cet affichage s’adresse (puisque c’est une extériorisation des idées ou croyances ou goûts) la liberté de s’exprimer en retour.