Les femmes dans la Mésopotamie, IIIè-Ier Millénaire av JC

Ah bah oui, où étaient les femmes ?

Alors, sans grande surprise, tandis que les humains mâles étaient déjà plutôt des hommes du bâtiment ou du régiment, qui allaient régulièrement emmerder le voisin pour lui prendre sa terre ou ses biens, ou encore pour lui vendre sa camelote(1), mesdames restaient au chaud et s’occupaient des choses importantes de la vie : toute la maison et toute la famille. Entretien, habillement, alimentation, gestion des stocks… mais également, rejetons divers et variés et personnes âgées (la belle-mère… ou les belles-mères). Pas mal non ?

Mais ce rôle, non négligeable et à l’abri, se paie. Oui, tout se paie. En échange, les femmes ont dû abandonner leur prétention à la liberté et à l’indépendance.

Bon à cette époque si reculée, en vrai, à part peut-être le roi (et encore), personne n’est libre ni indépendant. Chacun doit tenir son rôle. La plupart sont esclaves ou dépendants d’un maître. Le maître est lui-même dépendant du palais et / ou du temple. Les autorités religieuses dépendent de la faveur des dieux, dont on interprète les volontés par la lecture du mouvement des astres, des viscères animales, du vol des oiseaux ou des rêves [je n’ai pas dit qu’on volait des oiseaux ou des rêves^^]. Ce qui laisse la porte ouverte à pas mal d’arnaques, certes. Mais en somme, chacun est soumis à plus haut que soi, et le plus haut… reste à savoir s’il existe. Notons que la question ne se posait pas. La liberté n’est donc pas là ce qui compte. Ce qui compte, c’est le sonnant, le trébuchant.

Ce qui compte, c’est l’argent ! Le pouvoir d’achat ! La liberté des femmes ou leur indépendance, ce n’est pas vraiment le problème. Ce n’est le problème de [presque] personne ! Le nerf de la paix, c’est l’argent. Et là, on peut constater que les femmes étaient souvent exclues du système économique… mais pas toujours !

Dans le formidable livre La Mésopotamie que j’épluche en ce moment, on trouve des renseignements sur ces valeureuses oubliées de l’histoire… ainsi qu’une étude spécifique, en fin d’ouvrage, destinée à répondre à la question : mais où sont les femmes ? Ou plutôt, où furent les femmes ? [La Mésopotamie, L’apport des gender studies, pp. 978-981]

A l’époque du royaume d’UR (IIIè – Ier millénaire), les femmes travaillent. Elles sont employées en équipes de travailleuses dépendantes non seulement à moudre le grain, filer et tisser la laine, mais aussi lors de la moisson pour transporter les briques, pour le halage
des barques sur les canaux de Sumer.

Les reines et les princesses, elles, disposaient de domaines qu’elles géraient en toute indépendance.

Plus on monte dans les sphères, plus est prégnante la bipartition « fonctionnelle » qui consacre les femmes à l’économie domestique. Plus on est pauvre, plus les femmes doivent travailler. Mais l’argent gagné ne leur revient pas.

Toutefois, certaines classes intermédiaires bénéficient d’une indépendance financière. C’est le cas notamment des religieuses-naditum, héritières de leur famille et gérant leurs biens comme elles l’entendent. Les religieuses-naditumdu dieu Shamash à Sippar du XIXè, sont attestées à Babylone et Kish.

Les femmes des marchands d’Assur gèrent également les biens familiaux en l’absence de leur mari, partis négocier au loin (i.e. vendre leur camelote)

La situation n’est cependant pas stable sur deux mille ans.

Au fur et à mesure des siècles, la situation juridique des femmes s’améliorent… ou se dégradent.

Par exemple, dans les codes de Lois d’Hammurabi (1769) – un célèbre roi Babylonien – ou les lois médio-assyriennes (XIVè av JC), les femmes sont considérées comme des « mineures » légales, mais elles ont des droits, qui sont mentionnés et sauvegardés. (Cf Femmes, droit et justice dans l’Antiquité orientale. Contribution à l’étude du droit pénal au Proche-Orient, Fribourg, Academic Press, Sophie Démare-Lafont 1999)

A Sumer, au début du IIè millénaire, si les femmes bénéficiaient d’une certaine autonomie, leur situation se dégrade sous la pression masculine. Le panthéon des dieux illustre d’ailleurs cette sorte de déclassement ; les déesses féminines se trouvent reléguées au second plan, ou au plan d’ « épouse de », à l’exception d’Ishtar et de Gula (pour les malades).

Ishtar était présente partout au Moyen-Orient sous les noms d’Innana (Sumer), Istar (Babylonie, Assyrie), Shaushka (mond
e hittite et hurrite), Astarté (Phénicie) ou Ashera (Israël et Juda).

Au milieu du IIè, malgré un sévère raidissement des conditions économiques de leur survie, les femmes du nord assyrien et de l’ouest conservent une certaine autonomie ainsi que des droits légaux dans le domaine de l’autorité parentale, l’accès à l’héritage des biens immobiliers, le culte des ancêtres.

Bien plus tard, à l’époque néo-assyrienne (VIIIè), la Maison de la Reine assyrienne abritent des femmes au pouvoir économique considérable : la reine et la shakintu (administratrice royale) dirigent certaines parties du palais.

Dans la Babylonie du 1ermillénaire, les archives (nombreuses) montrent que les femmes des notables géraient toujours l’économie du foyer aidées de tout le groupe féminin, domestiques, enfants etc… et se chargeaient de la toilette, de l’habillement, de la nourriture, des enfants et des personnes âgées avec toute l’autorité de la « maîtresse de maison ».

Dans les classes moins riches, les femmes travaillaient comme main d’œuvre. Les femmes restées célibataires pouvaient être rattachées au temple tout en jouissant d’une certaine autonomie.

Finalement, avoir le pouvoir sur la maisonnée, gérer comme maîtresse de maison une aussi grande organisation relevait d’une grande responsabilité. Sans parler de la population féminine des palais (cf Nele Ziegler, Le Harem de Zimri-Lim, Florilegium Marianum IV, Paris, 1999) légèrement privilégiée, dans les maisons riches, à l’instar des maisons romaines, on  compte des esclaves, des enfants, la famille plus ou moins éloignée, les « obligés » ou clients… parasites qui, ne sachant se nourrir de son propre travail et préférant l’oisiveté venaient réclamer son dû.

Le mariage était arrangé… les femmes mourraient souvent jeunes en couche. On ne considérait les enfants que passés 7 ans. Malgré tout, celles qui survivent puis se retrouvent veuves ont intérêt à avoir fait des enfants : les fils sont chargés des soins de leur parent, et notamment de leur mère car cette dernière n’hérite pas de son mari… sans doute une précaution du gars pour ne pas se voir empoisonné, vieux et moche, par une fringante jeunette qui le prendrait en abhorration et rêverait d’indépendance. Dans d’autres pays, on brûle les veuves… c’est le rite du Sati.

Les hommes se méfient des femmes, reines du foyer.

Dans le Dialogue du Pessimiste, fin du IIè millénaire, on lit : « Ne tombe pas amoureux, ô mon maître, ne tombe pas amoureux ! La femme est un vrai puits, une citerne, une fosse, la femme est une dague de fer affilée, qui coupe la gorge de l’homme ! »

Et comme de par hasard, dans la magie, si les hommes sont de bienfaisants exorcistes, les femmes, elles, sont de vilaines sorcières.

L’histoire se souviendra cependant de trois femmes, non pas pour leur linge lavé ou la super gestion de leur maisonnée ou leur éducation exemplaire ou encore leur succulent pâté de dattes, comme de par hasard… mais pour de tout autres exploits, bizarrement.

* La fille de Sargon d’Akkad, (2324-2285), En-heduanna, est l’auteur le plus ancien que l’on connaisse. Elle écrivit de nombreux hymnes religieux et fut grande prêtresse du dieu Nanna à Ur. Elle était également le relais du pouvoir royal akkadien dans le Sud ; son père l’ayant placé là pour assurer sa présence… (et oui, faut pas rêver non plus)

* Naqi’a, VIIè siècle, épouse de Senachérib et mère d’Assarhadon : elle fut régente et reine d’Assyrie.

* Sammu-ramat, mère du roi d’Assyrie Ada-nerare III (810-783), qui a inspiré la légende de  Sémiramis.

Sémiramis passe juste pour la fondatrice de Babylone ; c’est aussi elle, les fameux jardins suspendus… de quoi se venger a posteriori de l’invisibilité des femmes…

(1) N’allez pas croire à cause du boutade que les hommes ne servaient à rien… ils ont échangé les produits locaux, comme les céréales, les tissus, contre des métaux et autres denrées qui manquaient…

Pour davantage d’informations, lisez cet article ! Quelle place occupent les femmes dans les sources cunéiformes de la pratique, de Céline Michel.

Et en bonus, deux petites cartes de dieux  !

Publié par

laetitia

Écrivain, formation en Lettres Classiques et Docteur en linguistique, prof de communication et de FLE, je souhaite ici mettre à disposition de tous des cours, des avis et Compte-rendu de lecture, des extraits de mes romans, des articles de linguistique, des recherches en mythologie et religion…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *