Peggy Sastre, Comment l’amour empoisonne les femmes…

« Non non non ! je ne marie pas, ni avec un prince, ni avec un roi ! »

D’aussi loin que je me souvienne, dès l’âge de 6 ans, je précisais fièrement à qui voulait bien l’entendre que jamais, au grand jamais, je ne me marierai… Pour moi, dans le couple, il y avait un petit et un grand, un faible et un fort. Un Laurel et un Hardy. Je voyais bien qu’immanquablement, la femme devait être le petit faible. Je prenais littéralement ombrage de cette perspective : il faudrait que je choisisse un homme pour qu’il soit mon parèdre, en plus grand, plus fort, plus riche…?

Pourtant dans mon entourage direct, ma mère, ma tante, mes grands-mères, c’étaient elles qui décidaient de tout et administraient sans erreur le quotidien et la trajectoire de chacun. Mon père lui-même recommandait d’acquérir avant tout sin indépendance financière. D’où venait donc ma crainte ?

Le livre de Peggy Sastre aborde précisément cette question : on pourrait d’ailleurs lui reprocher un titre, certes accrocheur, mais faussement évocateur. Elle aurait dû l’intituler :

Comment les femmes s’empoisonnent elles-mêmes

En choisissant d’être le petit faible…

Car enfin, il n’est que très peu question d’amour dans ces quelques pages. Si ce n’est pour l’aborder d’un point de vue hormonal qui, alors, bombarde autant les hommes que les femmes… empoisonne tout autant les porteurs de pénis que les porteuses de vagin.

Le féminisme de Peggy Sastre m’a plu car il ne prend pas les femmes pour des connes. Ni pour les éternelles victimes de méchants garçons qui seraient plus forts que nous et auraient gagné la bataille… et puis d’ailleurs, quelle bataille ?

Peggy Sastre promeut un autre point de vue sur les femmes. Elles ne seraient pas les éternelles victimes que certains se plairaient à voir en elles. Elles ne seraient pas non plus tombées en servitude volontaire.

Son hypothèse est la suivante : elles auraient trouvé des avantages à la situation de couple – ce truc qui me fai.sai.t (Ah finalement cette écriture inclusive, c’est pratique ! 😀 ) horreur. Ce livre regroupe des arguments biologiques & statistiques qui étayent cette hypothèse (renversante pour certain.e.s).

D’ailleurs, comme une affreuse opportuniste, à la fin de ma lecture, je l’avoue, j’ai pensé : voici enfin des excuses biologiques pour ne pas sortir les poubelles (enfin… je ne l’ai jamais fait en vrai) et pour hurler à la mort au moindre insecte un peu moche…

Bon j’avoue, je pensais y trouver – comme le titre semble le promettre – une recette pour être moins empoisonnée par l’amour (cf le titre explicite), ne plus attendre un texto mignon par exemple, ou une soirée romantique comme j’avais imaginée, et par la même occasion, ne plus empoisonner mon chéri par des exigences surréalistes… ce n’est pas ce que j’ai trouvé. En revanche, j’ai trouvé des conseils que je m’applique déjà depuis mon refus de me marier, à savoir :

  1. Ne pas à tout prix être un cordon bleu et une fée du logis pour espérer « garder son mec ». J’ai toujours dit : « Mais je ne veux pas « garder mon mec » grâce à de telles qualités ! Qu’il se casse donc ! Moi, je n’aurai pas ces qualités. »
  2. Ne pas réclamer une parité folle qui m’obligerait à faire des vidanges, changer des pneus, tenir la porte trop lourde, couper du bois, ouvrir des pots de confiture, écraser des bestioles immondes…
  3. N’épouser personne. Ne surtout pas épouser un plus gros salaire que le mien.
  4. Se détourner des bad boys et autres catégories de connards.
  5. Travailler pour n’avoir besoin d’aucun mec. Mais conserver le plaisir de fréquenter qui je veux et gratuitement…

Reprenons dans l’ordre :

  1. Accepter la saleté pour cesser d’être esclave

D’après les statistiques et la biologie relevés par Peggy Sastre, les femmes seraient naturellement portées à prendre soin de leur environnement, à en conserver la propreté, par intérêt primaire : elles sont plus facilement sujettes à chopper des merdes… (biologie). Assumer cette hyper sensibilité (faite d’une plus grande vulnérabilité à la saleté et d’une plus grande perception de cette saleté) permet en même temps de se dédouaner du partage injuste des tâches dégueulasse de la société… en effet, la proportion des femmes éboueurs est mince. (D’ailleurs, on ne les a pas entendues se battre pour dire éboueuse…)

(61) "Lorsque la charge pathogénique est trop importante pour être atténuée par leurs petits bras, les femmes se détournent des activités les plus risquées pour leur organisme et celui de leur descendance. Ainsi, aux Etats-Unis, entre 2010 et 2014, si les femmes constituaient 46,2% de la population active, elles ne représentaient que 30% des professionnels du nettoyage. Des chiffres encore plus bas à mesure que les professions gagnent en densité de malpropreté : dans le secteur du ramassage et du traitement des déchets, seuls 14,4% des professionnels sont des femmes ; parmi les personnes qui entretiennent les égouts, elles constituent 13,8% de la main-d'œuvre, tandis qu'elles ne sont que 4,5% à travailler dans des stations d'épuration et 4,7% dans la lutte contre les nuisibles, comme la dératisation."

 

  1. Ne pas trop hurler pour accéder à une totale parité, hein !

Ce qui conduit au second point : les études statistiques montrent qu’une majorité de femmes choisissent les métiers où l’on doit faire montre d’aptitudes artistiques, sociales ou conventionnelles, tandis que les hommes préfèreraient le réalisme et l’investigation… Même (et peut-être surtout) dans les pays où l’égalité des droits est acquise ! Pourquoi faire mentir ces statistiques ? Et pourquoi les femmes semblent blessées de ce fait ?

J’ajouterais moi, que personne n’est obligé de penser que le réalisme et l’investigation ont une valeur supérieure aux aptitudes sociales, artistiques ou conventionnelles. Par exemple, pour la survie de la société, qu’est-ce qui est le plus important ? Celui qui aide et gère les aspects humains de la communauté ou celui qui part à la recherche de nouvelles baies peut-être mortelles ? Mais P.S. prend garde de rappeler qu’en aucun cas les statistiques ne figent personne dans aucun rôle.

(69) "Mais ce compartimentage n'a évidemment rien d'une frontière infranchissable dans un sens comme dans l'autre, foi de femme pas loin d'être révulsée par une bonne part de la pâte humaine qui peut se mouler dans les catégories d'intérêts statistiquement les plus adaptées à son sexe. Ce qui ne m'empêche pas de concevoir que d'autres femmes, même en nombre, puissent être satisfaites de poursuivre des intérêts conformes" à leur genre sans que cela relève d'un péril mortel pour l'égalité en droits de tous les individus."

Ce qui importe, c’est de conserver le choix, le même droit pour tout le monde. Foutons la paix aux femmes qui préfèrent être infirmières, médecins, prof plutôt que traders ou banquier, plutôt que de faire le coq important déguisé en pingouin toute la journée…

(73) "Oui, il existe de nombreuses femmes obsédées par le ménage, et les soins à apporter à leurs enfants. Pourquoi ? Parce qu'une telle configuration cognitive leur a été avantageuse durant les centaines de milliers d'années où diminuer sa charge pathogénique et s'assurer que sa descendance ne meure pas de faim allaient leur permettre de mieux perpétuer leurs gènes par rapport à celles qui s'en moquaient. […] La majorité des féministes a beau trépigner en affirmant que ces différences n'ont "rien d'inné", leur base biologique est aujourd'hui indéniable. […] Alors mesdames, au lieu de jouer au gendarme du quotidien […] pourquoi ne pas vous policer vous-mêmes et envisager de vous libérer de vos hormones ?"

Oui… alors là réside l’un des rares conseils en rapport direct avec le titre, si tant est que l’on confonde volontiers mariage (ou vie commune) et amour, ce qui n’est pas mon cas.

"une telle configuration cognitive leur a été avantageuse"

Il peut être difficile de prouver cela… c’est une hypothèse provenant de la théorie évolutionniste. Je partage cet hypothétique point de vue sur le monde, mais comment en prouver la validité ?

Je trouve en tout cas cette hypothèse plaisante car il est plus séduisant de penser que les femmes ont été plus malignes que les hommes… plutôt que bêtement asservies.

  1. Se marier avec des gentils moins riches

Mais P.S. va plus loin. Sa critique du mariage accusent les femmes de trouver un intérêt à vivre à la charge de leur mari… en optant volontairement pour l’hypergamie (77)… (= le mariage au-dessus : le goût du plus vieux, du plus riche, du plus diplômé, le couple étant perçu alors comme un ascenseur social…)

Des femmes chercheraient dans l’homme « ce qu’elles pensaient ne pas avoir par elles-mêmes » (78)

(78) "Parce qu'elles les transforment à la fois en monnaie et en produit de leur propre échange, l'hypergamie et la dépendance qui lui est intrinsèquement associée imposent aux femmes une indispensable retenue."

Ce choix d’hypergamie les entraînerait en effet à devenir de prudes dames : comme elles dépendent de leur mari, il leur devient nécessaire que toutes les femmes fassent de même. Celles qui seraient par trop indépendantes pourraient mettre en péril leur propre équilibre (combine)… Voilà pourquoi P.S. pense que les femmes sont les premières à se montrer conservatrices (et religieuses)… et c’est un peu vrai, malheureusement.

P.S. ajoute l’hypothèse de Mikhail Stern puis la commente :

(108) "L'amour n'est qu'un besoin physiologique qu'il faut satisfaire, aussi simplement que la soif et la faim." Chez les femmes, rien n'enfreint peut-être autant les bonnes mœurs que la multiplication des partenaires sexuels en dehors de tout projet conjugal. Une réprobation qui est moins "imposée" d'en haut par un quelconque système patriarcal dont l'existence attend encore d'être attestée qu'elle n'est conduite et justifiée par et pour les femmes elles-mêmes."
  1. Arrêter d’aller vers des cons…

(80) « Les mecs, c’est que des salauds, surtout ceux qui m’attirent. »

Le désir d’hypergamie pousserait les femmes à choisir des connards… le garde du corps viril, peut-être violent et qui gagne davantage.

(80) "C'est un choix matrimonial en lien direct avec le degré de vulnérabilité que les femmes s'assignent, comme le veut l'hypothèse dite du garde du corps, formulée pour la première fois par Wilson et Mesnick."

 

  1. Être indépendante sur le plan financier

Reste que pour P.S., la véritable tragédie, c’est celle de la dépendance financière…

Si vous travaillez pour être indépendante, si vous ne vous liez pas bêtement à un imbécile qui ne fera pas la vaisselle, à vous la sexualité libre et le lavage de vos propres culottes.

 

Conclusion

 

J’ai bien aimé cette lecture qui m’ôte tout complexe lié à mes incompétences notoires en matière de conduite, de bricolage, de mécanique etc. tout en me rendant très fière de constater que je suis parfaitement indépendante et libre d’aimer qui je veux, que j’ai bien réalisé mes rêves d’enfant et très fière de ma fille qui montre un goût très prononcé pour la mécanique et le bricolage ! 🙂

Je regrette un peu que ce livre parle des femmes comme s’il s’agissait de toutes les femmes du monde, alors que dans certains pays, je serais probablement lapidée, moi avec mon mode de vie, tout comme Peggy Sastre elle-même. Là où le droit n’est pas le même pour tout le monde, les conseils de Peggy Sastre ne sont tout simplement pas applicables. J’aimerais qu’on interroge davantage les hommes de ces pays esclavagistes et des raisons pour lesquelles ils ne s’y trouvent pas si mal.

Je me souviens d’étudiants angolais (mâles exclusivement) qui m’expliquaient – à trente d’accords comme un seul homme – qu’ils n’épouseraient jamais une femme au salaire supérieur au leur. Pourquoi ? Parce qu’elle aurait la liberté de partir s’ils déconnaient trop… J’avais alors rétorqué qu’ils risquaient de passer leur vie avec une femme qui ne les aimerait pas vraiment et qui resterait par crainte de connaître la faim. Je les piquais au vif : n’avaient-ils pas un peu plus d’estime d’eux-mêmes ? N’avaient-ils pas un peu plus d’orgueil ? Ne pouvaient-ils imaginer qu’une femme restât à leur côté, amoureuse parce qu’ils étaient des mecs extraordinaires ? C’était quand même un challenge supérieur, non ? Alors messieurs, les forts en investigations et prise de risque, qu’attendez-vous ?

 

Publié par

laetitia

Écrivain, formation en Lettres Classiques et Docteur en linguistique, prof de communication et de FLE, je souhaite ici mettre à disposition de tous des cours, des avis et Compte-rendu de lecture, des extraits de mes romans, des articles de linguistique, des recherches en mythologie et religion…

Une réflexion sur « Peggy Sastre, Comment l’amour empoisonne les femmes… »

  1. Super article. Bien que tu l’ai trouvé long je trouve pour ma part que cela aurait été bien de creuser encore plus. Peut être traité le sujet en plusieurs partie?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *