Naissance de la Bible, Thomas Römer & Léonie Bischoff

Merveilleux petit livre qui se laisse dévorer et qui ravit les yeux ! On y voit un Thomas Römer en dessin… qui explique, au cours d’une balade imagée, illustrée, la naissance de la Bible à Léonie.

Vous y trouverez une rapide revue des essentiels de la Bible, mais surtout des tenants et des aboutissants : pourquoi la Bible fait-elle cohabiter différentes versions du même récit ? Pourquoi nous paraît-elle si incohérente ? Quand et pourquoi a t-elle été écrite ?  Pour qui ? Fixée définitivement ? Par qui ?

Par exemple : vous souvenez-vous que Caïn, après le meurtre de son frère, a bénéficié d’une protection divine qui lui permit de fonder la première civilisation ?

Pour en dépeindre les aspects pacifiques, les rédacteurs se seraient inspirés des babyloniens, qu’ils avaient sous les yeux… et pour cause, les rédacteurs étaient probablement des prêtres juifs en exil à Babylone.

Les Judéens, il ne faut pas l’oublier, ont subi beaucoup de malheurs et de revers de fortune, dont ils font le récit dans la Bible. Quand, détruits, ceux qui formaient l’élite se trouvèrent en exil à Babylone au VIè, ils furent animés de la volonté de créer une religion susceptible de rassembler les deux royaumes, Juda et Israël, victimes tous deux depuis quelques siècles, d’abord des assyriens, ensuite des babyloniens. Ils taillèrent alors dans les récits existants une unité suffisamment souple pour que le maximum s’y retrouve.

La volonté d’unir le royaume du nord au royaume du sud, en fournissant un espoir, un avenir possible ensemble, dut s’appuyer sur un passé reconstruit.

 

Un autre exemple. La bible abrite deux versions du recensement commandité par David. Dans l’une (Livre II, Samuel, 24), il ne fait qu’obéir à son dieu, mais dans l’autre, il obéit au diable (Chroniques livre I, 21).

Pourquoi ? Thomas Römer, que l’on voit ici dessiné 🙂 explique : « Cela montre justement que l’on voulait laisser à l’intérieur de la Bible une diversité de points de vue mais aussi permettre à ses auditeurs et lecteurs de se faire leur propre opinion ou interprétation. » (p.16)

C’est l’un des fil conducteur d’une lecture qui se voudrait éclairée de la Bible, et qui en fait une livre si composite, une vaste témoignage, une vraie bibliothèque.

Cette harmonisation des récits, les choix et les ré-écritures, ne se firent pas sans difficulté.

Par ailleurs, les exilés à Babylone n’étaient pas forcément attendus à bras ouverts par tous ceux qui étaient restés au royaume de Juda et s’appuyaient sur l’ancienne tradition d’Abraham, probablement héritée, elle, du royaume du Nord Israël. Il fallait pourtant qu’ils reviennent et qu’ils le souhaitent. Il fallait repeupler Juda. Qu’à cela ne tienne, l’on fit d’Abraham un homme qui, en réalité, provenait de Ur, ville d’Orient proche de Babylone.

« Le premier pas fut fait par un groupe de prêtres. Ceux-ci ont d’abord combiné les histoires des patriarches avec celle de Moïse, en faisant venir Abraham de la ville d’Our des Chaldéens à proximité de laquelle se trouvaient justement les exilés judéens : « Si Abraham vient de Babylone, nos frères à Babylone peuvent également s’identifier avec lui. Son voyage pourrait même les inciter à revenir de Babylone vers le pays que Yahvé avait déjà donné à Abraham. » (67)

(Oui, cette petite BD réjouissante est parsemée des dialogues imaginaire des acteurs ou rédacteurs de la bible !)

Et si l’on donne de l’Égyptien sympa à l’histoire de Joseph, c’est pour ne pas laisser pour compte les juifs exilés en Égypte !

Mais au moment du retour d’exil (400-350 av JC), on est déjà proche de la première édition du Pentateuque.

Pour en arriver là, les rédacteurs s’étaient aussi inspirés des peuples environnants, y compris leurs ennemis de toujours, comme par vengeance ironique… les assyriens. Ce sont eux qui, les premiers, détruisirent Jérusalem et son temple, déportèrent la population en exil, laissaient aux peuples soumis des traités de vassalité… dont ils détournèrent les accents de ferveur en faveur de leur propre dieu Yahvé. Ainsi, « Tu aimeras Assourbanipal » devient « Tu aimeras Yahvé » (56)

Puis, comme le récit des Patriarches n’offraient pas de récit des origines, les rédacteurs s’inspirèrent des récits assyriens. On imagine leur discussion :

« Les Babyloniens racontent cela dans leur épopée Enuma Elish, où le monde est créé suite au combat de leur dieu suprême Marduk contre le monstre Tiamat. – Nous allons montrer que le vrai dieu n’a pas besoin de se battre, que toute la création découle de sa parole. On va montrer comment le monde a été créé par la séparation des eaux de l’abîme que l’on appellera Tehom, comme Tiamat ; mais ce n’est pas un adversaire pour le vrai dieu. » (68)

La suite explique comment Cyrus le Perse fut perçu comme un libérateur du peuple en exil, un véritable prophète, comment les juifs se divisèrent ensuite pour des questions de texte… d’allégeance ou non au pouvoir en place.

Bref, la Bible, des histoires qui témoignent bien de l’histoire… à lire en attendant d’en savoir plus…

Publié par

laetitia

Écrivain, formation en Lettres Classiques et Docteur en linguistique, prof de communication et de FLE, je souhaite ici mettre à disposition de tous des cours, des avis et Compte-rendu de lecture, des extraits de mes romans, des articles de linguistique, des recherches en mythologie et religion…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *